Aller au contenu principal

Tarentaise, une filière en gestation pour les veaux mâles

L'organisme de sélection projette de créer une filière en circuits courts pour valoriser les mâles de 8 jours à 150 euros.

Au début, l'engraissement des veaux se fera dans trois exploitations qui gèrent un atelier d'élevage de génisses.
© Upra Tarentaise

Comment valoriser les veaux tarins ? La question taraude les esprits au sein de la race depuis une dizaine d'années. « La valorisation des veaux mâles a un impact économique pour les éleveurs et sur la dynamique du programme de sélection. Il faut un maximum d'inséminations en race pure pour maintenir une bonne base de sélection(1)  », explique Emilien Odouard de l'Upra Tarentaise. Le problème est d'autant plus complexe à résoudre que les veaux mâles ont des caractéristiques différentes en termes de conformation et de poids par rapport aux standards recherchés par les engraisseurs industriels", note Emilien Odouard. « Les particularités de la race, nous les connaissons et les assumons. Notre objectif est de valoriser ses différences via des circuits courts. Le veau fait 100 kg à 120 jours mais grâce à la finesse de ses os, le rendement en viande est plus élevé que dans les autres races. »

Faible poids de carcasse mais bon rendement

Des tests organoleptiques réalisés en début d'année par un laboratoire indépendant auprès de 80 consommateurs a mis en évidence « le côté fondant et le goût prononcé et apprécié de la viande ». Cette expérimentation n'a pas confirmé l'aspect plus foncé de la viande reproché par les industriels.

Dans un premier temps, l'engraissement des veaux pourra être réalisé dans trois exploitations qui gèrent déjà un atelier d'élevage de génisses. « Nous allons commencer par en engraisser une quarantaine cet automne. L'idée est de les mettre dans les élevages en automne et de les engraisser jusqu'en février-mars. Cela permettra ensuite aux éleveurs d'enchaîner avec l'élevage des petites génisses. »

Enrichissement des bases de données pour conforter les résultats des précédents tests, élaboration du cahier des charges, étude de marché, valorisation sous forme de label ou de marque... le travail expérimental va se poursuivre pendant encore au moins deux ans.

(1) 15 000 vaches traites dont 8 100 au contrôle de performance.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière