Aller au contenu principal
Font Size

Daniel Perrin, président de la section régionale FNPL dans le Grand Est
" On subit une troisième sécheresse consécutive "

La région Grand Est se montre, cette année encore, particulièrement touchée par la sécheresse et la canicule. L’heure n’est plus à l’inquiétude mais à l’abattement et l’angoisse. Difficile d’absorber coup sur coup ces épisodes climatiques de plus en plus marqués. Quand on voit que les sources se tarissent et que même les forêts sont impactées, avec des épicéas, des hêtres adultes qui meurent… Les prairies sont devenues de vrais paillassons. Une bonne partie sera à ressemer. Heureusement, la première coupe d’herbe correspond à celle d’une année normale. Mais rien n’a repoussé derrière. Pour les maïs aussi, la situation est alarmante. Début août, les premières ensileuses ont tourné pour sauver ce qu’il y avait encore à sauver. Certains maïs grillaient sur pied.

Les éleveurs affouragent les troupeaux, mais les stocks ne tiendront pas tout l'hiver. L’an dernier, j’avais pu affourager mes bêtes avec du vieux foin de 2016 récolté tardivement. Mais cette fois, nos stocks sont au plus bas. Chez nous, le silo de maïs est vide depuis le 11 août. Heureusement, nous avions passé des contrats pour des drêches (60 €/t). J’ai voulu faire rentrer du corn gluten feed, mais vu les prix qui flambent (90 €/t), j’ai laissé tomber… La production et les taux marquent le pas. Cette situation va peser lourd sur les trésoreries, déjà fragilisées par le contexte des années précédentes. Les élevages n’auront pas le choix, il faudra décapitaliser et/ou acheter des stocks, et les conséquences vont se répercuter sur plusieurs campagnes (repro, potentiel des génisses, état des stocks fourragers…).

Les mesures annoncées ne sont vraiment pas convaincantes. On se moque de nous avec l’autorisation d’exploiter les jachères ! Sur la région Grand Est, les jachères représentent moins de 0,4 % de la SAU ! Et le peu que cela représente ne vaut rien en valeur. L'obligation de semer les couverts n'est-elle pas aberrante ? La procédure calamités, quant à elle, donnera un coup de pouce mais ne compensera pas les pertes. Sans compter qu’aujourd’hui, 40 % des élevages de Meurthe-et-Moselle attendent encore de percevoir leurs indemnités suite aux dossiers calamités de 2018… »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière