Aller au contenu principal
Font Size

"Structurez vos OP : il y va de votre avenir !"

Brigitte Misonne, de la DG Agri de la Commission européenne, encourage les éleveurs à se saisir des outils européens pour devenir les interlocuteurs incontournables des laiteries.

Pourquoi les producteurs français ne trouvent pas un intérêt évident à adhérer à une organisation de producteurs (OP) ?", a questionné Brigitte Misonne, de la DG agri de la Commission européenne, venue échanger avec les éleveurs adhérents de l’OPLGO (1) lors d’une journée organisée par cette OP Lactalis du grand Ouest en février dernier. "Quand les éleveurs voient que le prix du lait est le même, qu’ils adhèrent ou pas à une OP, ça ne les incite pas à payer une cotisation. Les industriels font cela pour casser l’intérêt des OP", répondent quelques adhérents.

Massifier et travailler avec plusieurs laiteries

Brigitte Misonne exhorte les éleveurs à persévérer : "Si l’OP est massive et négocie avec plusieurs industriels, elle peut faire la différence en termes de prix. Une association d’OP allemande, venue à Bruxelles expliquer son fonctionnement, a dit qu’elle réussissait à obtenir un meilleur prix car elle négocie les volumes et les prix avec plusieurs acheteurs de lait. La France a encore beaucoup d’OP, et des OP verticales par acheteur de lait ; c’est surprenant ! Les laiteries ne seront jamais contentes que vous vous organisez et prenez du pouvoir. Il ne faut rien attendre d’elles. Il faut vous saisir des outils que le Paquet lait a mis à votre disposition (1), pour devenir l’interlocuteur naturel des industriels. Il y va de votre avenir."

Depuis janvier 2018, avec le règlement Omnibus, les OP peuvent grossir au-delà de 3,5 % de la production européenne si elles exercent une véritable activité économique (collecte, pré-transformation du lait, activité amont de fournitures…). "À l’avenir, les OP pourraient jouer un rôle pour réguler les volumes par rapport à la demande. Car des OP structurées peuvent avoir une vision des marchés et agir avec leurs adhérents avant que le prix des produits laitiers ne devienne inacceptable pour tous", ajoute Brigitte Misonne.

(1) Dérogation au droit de la concurrence pour les OP agrées, pour négocier les conditions de vente du lait de leurs adhérents jusqu’à 3,5 % de la production européenne par OP, soit 5,7 M t lait

Cinq ans de contrat, c’est long !

La France est le seul pays de l’Union à avoir choisi une durée minimale des contrats obligatoires de 5 ans. Dans les autres États qui ont opté pour la contractualisation obligatoire, la durée minimale est de 6 mois ou un an. "Il y a des avantages et des inconvénients, mais posez-vous la question de la contrainte si vous souhaitez pouvoir dénoncer votre contrat, si vous souhaitez changer de laiterie. Cette durée est un frein pour faire évoluer les OP et les contrats", estime Brigitte Misonne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière