Aller au contenu principal

Stratégie de repro : la donne a changé

Offre abondante de jeunes taureaux génomiques à la carrière souvent éphémère, génotypage des femelles, semence sexée… la repro fait sa révolution à vitesse grand V !

Le pourcentage d’IA
avec des jeunes taureaux
pourrait atteindre 80%
Le pourcentage d’IA
avec des jeunes taureaux
pourrait atteindre 80%
© F. Mechekour

Le secteur « repro-sélection » évolue à vitesse grand V. La révolution génomique s’est concrétisée en juin 2009 par la première indexation officielle de jeunes taureaux sans filles dans leurs index en Prim’Holstein, Montbéliarde et Normande. La Simmental et la Brune ont emboîté le pas grâce à des accords passés avec des pays européens en attendant la publication des index génomiques français. Le programme Gembal(1) devrait permettre aux autres races laitières de bénéficier à terme de cette avancée scientifique.


Les progrès sont tellement rapides que certains éleveurs et techniciens se demandent si la machine n’est pas en train de s’emballer. En quatre ans, le pourcentage d’insémination avec des jeunes taureaux génomiques est passé de moins de 10 % à environ 50 % et il pourrait atteindre 80 % à court terme.

Plus fort, certains taureaux diffusés sont des fils de jeunes taureaux génomiques. Les index des jeunes taureaux étant moins fiables que ceux calculés sur descendance, il est impératif de les utiliser « à petite dose » dans chaque élevage. Certains sont diffusés sous forme de pack ou de profil… Le turn-over est tel qu’il va falloir de sacrés logiciels pour gérer les accouplements, et notamment l’évolution de la consanguinité.

Cerise sur le gâteau, cette technologie va permettre d’indexer d’autres caractères liés à la santé, l’efficacité alimentaire…


Autre révolution, il est possible depuis deux ans de génotyper les femelles de son troupeau avec publication d’index aussi fiables que ceux des jeunes taureaux.


Les éleveurs utilisent la semence sexée pour élever plus de génisses en prévision de la fin des quotas en 2015. Par ailleurs, l’utilisation de la semence sexée est en plein boom.


Sans oublier le développement d’outils d’aide à la détection des chaleurs, des vêlages, des problèmes de santé.


Croisement, vêlages précoces ou groupés… sont des options qui s’ajoutent aux outils pour démultiplier les stratégies possibles. Et vous, dans tout ça, qu’avez-vous choisi ?


(1) Génomique multiraciale des bovins allaitants et laitiers

Pour en savoir plus, voir DOSSIER de Réussir Lait d'octobre 2013.

R. Lait n°273, p. 36 à 61.

Au SOMMAIRE :

Page 38 : Génotypage, sexage... Les nouvelles technologies bousculent les habitudes

Page 42 : Témoignages d’éleveurs :

"Opti'gen nous a permis de choisir une stratégie de renouvellement" - chez Simon Péchard

"Notre métier c'est de faire du lait et des génisses normandes de très haute qualité" : au Gaec Pont-Martin

"Les éleveurs n'ont plus leur mot à dire avec la génomique" : au Gaec Girard Clerc

"Nous avons récupéré douze vaches grâce au taureau" - au Gaec de l'espérance

"Nous utilisons le programme de croisement Procross" - au Gaec Braidy

"Je ne veux pas de vêlages en février et juillet" - chez Olivier Moulin

"J'insémine depuis dix ans" - au Gaec du Theil

Page 58 : Simulations économiques - L’allongement des lactations n’est plus pénalisant

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière