Aller au contenu principal
Font Size

Stop au gaspillage des terres

L’emprise de l’urbanisation s’accélère depuis les années soixante. La réglementation a récemment évolué, mais le monde agricole doit prendre l’initiative et s’impliquer auprès des collectivités locales pour limiter l’artificialisation des sols.

CHAQUE ANNÉE, 78 000 HECTARES DE TERRES AGRICOLES
disparaissent au profit de l’urbanisation.
CHAQUE ANNÉE, 78 000 HECTARES DE TERRES AGRICOLES
disparaissent au profit de l’urbanisation.
© C. Watier

Les Français sont de plus en plus gourmands en espace. Le développement de la maison individuelle constitue le principal moteur de l’artificialisation des terres agricoles, passant de 41 % du parc de logements entre 1950 et 1975 à 62 % aujourd’hui. D’où un étalement urbain grandissant qui s’accompagne également d’un besoin accru en infrastructures de transport.

Aujourd’hui, cette extension urbaine se retrouve aussi bien à proximité des agglomérations qu’au sein des zones rurales, provoquant un mitage de l’espace agricole qui perturbe le fonctionnement des exploitations. La profession tire la sonnette d’alarme depuis des années. Mais rien n’y fait…

Malgré la volonté de lutter contre le gaspillage des terres pourtant inscrite dans la loi SRU de 2000 relative au renouvellement urbain, les outils destinés à protéger les terres agricoles semblent inefficaces. De nouveaux textes récents visent à freiner cette tendance. La loi Grenelle 2 et la loi de modernisation agricole adoptées en 2010 ont rénové le cadre juridique des documents d’urbanisme et créé de nouveaux outils.

«Mais leur efficacité implique deux conditions, analyse Carole Robert des chambres d’agriculture France. Une implication et une réelle mobilisation des élus locaux d’une part, et un accompagnement des exploitants agricoles pour s’adapter aux nouveaux enjeux de leurs territoires d’autre part. »

« Aujourd’hui, les maires peuvent trop facilement changer le zonage d’un simple coup de crayon! », peste François Tacquard, consultant en développement des territoires. Et, le rôle des Safer dans la gestion de l’espace rural reste somme toute relativement limité.

Rien ne changera sans une prise de conscience collective et une réelle volonté politique. La profession agricole peut agir là-dessus. De belles démarches ont déjà engagées aux quatre coins de l’Hexagone pour lutter contre une urbanisation à outrance ou mal maîtrisée. Nous vous proposons d’en découvrir quelques-unes dans ce dossier: en Loire-Atlantique, autour de la métropole rennaise et dans le pays voironnais en Isère.

Citons un autre heureux exemple dans le Haut-Rhin où la communauté de commune de la vallée de Saint- Amarin a fait le choix de restituer des terres à l’agriculture en allant jusqu’à démolir des friches industrielles pour refaire des prairies de fauche sur des terrains plats. Espérons que ces expériences fassent des émules.

S’il reste difficile d’agir car la réglementation est complexe et les prises de décision diffuses, la seule solution est de garder la main sur les dossiers, notamment au niveau municipal ou intercommunal. Et à chacun de faire prendre conscience à ses élus que la terre agricole n’est pas seulement une réserve à disposition des villes.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Page 40 : État des lieux : L’urbanisation grignote les surfaces agricoles

Page 44 : Réglementation : Les maires ont les décisions d’urbanisme entre les mains

Page 48 : Conseils pratiques : Investissez-vous en amont

Pages 52 : En régions : Trois démarches constructives

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière