Aller au contenu principal
Font Size

Soyez maître de votre temps

Diverses solutions, du groupement des vêlages à la monotraite temporaire, en passant par l’abreuvement simplifié des veaux, permettent d’alléger le travail d’astreinte sans forcément recourir à des investissements lourds.

© DR

Le prix du lait et le revenu sont évidemment des facteurs de motivation essentiels. Mais les conditions de travail et de main-d’oeuvre restent une préoccupation majeure dans les exploitations laitières. L’astreinte quotidienne apparaît comme le principal point noir mis en avant par les éleveurs, qui en témoignent dans une vaste enquête réalisée en 2008 par l’Institut de l’élevage. Les éleveurs aspirent à une meilleure qualité de vie : des horaires, des possibilités de week-end, de vacances… De plus, l’accroissement de la dimension des exploitations entraîne un volume de travail de plus en plus élevé alors que la maind’oeuvre diminue dans les élevages. La question de l’organisation et de la productivité du travail constitue un enjeu important pour les producteurs de lait. La pérennité de certaines exploitations se joue là aussi. Beaucoup sont aujourd’hui en recherche de solutions. Dans différentes régions, les initiatives se multiplient. Par ailleurs, l’Institut de l’élevage a publié l’an dernier un guide d’autodiagnostic, et propose une « banque de solutions travail » pour approfondir les différentes options possibles.

Le temps d’astreinte peut fluctuer de 20 à plus de 80 heures par vache et par an. Les niveaux de travail d’astreinte par vache sont en partie liés à la taille des cheptels. Plus le troupeau est important, plus le temps passé par animal diminue. Toutefois, pour une même taille de troupeau, certains éleveurs parviennent à passer moins de temps, tout en maintenant une bonne efficacité économique. Cela peut paraître surprenant, mais à cheptel équivalent, le temps de travail d’astreinte peut varier du simple au double entre élevages !

Les solutions pour alléger le travail quotidien, réduire la pénibilité ou se libérer davantage sont multiples. Et elles ne passent pas forcément par des équipements coûteux, même si cette solution semble parfois plus facile à mettre en oeuvre que les changements de pratique. Simplifier la conduite du troupeau, mieux s’organiser, et améliorer simplement la fonctionnalité des bâtiments sont autant de leviers possibles, comme le démontrent les différents éleveurs qui témoignent dans ce dossier. Chacun à sa manière a su se poser les bonnes questions et trouver les réponses les mieux adaptées à sa situation, selon ses objectifs et les opportunités qui se sont offertes à lui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière