Aller au contenu principal

Soyez maître de votre temps

Diverses solutions, du groupement des vêlages à la monotraite temporaire, en passant par l’abreuvement simplifié des veaux, permettent d’alléger le travail d’astreinte sans forcément recourir à des investissements lourds.

© DR

Le prix du lait et le revenu sont évidemment des facteurs de motivation essentiels. Mais les conditions de travail et de main-d’oeuvre restent une préoccupation majeure dans les exploitations laitières. L’astreinte quotidienne apparaît comme le principal point noir mis en avant par les éleveurs, qui en témoignent dans une vaste enquête réalisée en 2008 par l’Institut de l’élevage. Les éleveurs aspirent à une meilleure qualité de vie : des horaires, des possibilités de week-end, de vacances… De plus, l’accroissement de la dimension des exploitations entraîne un volume de travail de plus en plus élevé alors que la maind’oeuvre diminue dans les élevages. La question de l’organisation et de la productivité du travail constitue un enjeu important pour les producteurs de lait. La pérennité de certaines exploitations se joue là aussi. Beaucoup sont aujourd’hui en recherche de solutions. Dans différentes régions, les initiatives se multiplient. Par ailleurs, l’Institut de l’élevage a publié l’an dernier un guide d’autodiagnostic, et propose une « banque de solutions travail » pour approfondir les différentes options possibles.

Le temps d’astreinte peut fluctuer de 20 à plus de 80 heures par vache et par an. Les niveaux de travail d’astreinte par vache sont en partie liés à la taille des cheptels. Plus le troupeau est important, plus le temps passé par animal diminue. Toutefois, pour une même taille de troupeau, certains éleveurs parviennent à passer moins de temps, tout en maintenant une bonne efficacité économique. Cela peut paraître surprenant, mais à cheptel équivalent, le temps de travail d’astreinte peut varier du simple au double entre élevages !

Les solutions pour alléger le travail quotidien, réduire la pénibilité ou se libérer davantage sont multiples. Et elles ne passent pas forcément par des équipements coûteux, même si cette solution semble parfois plus facile à mettre en oeuvre que les changements de pratique. Simplifier la conduite du troupeau, mieux s’organiser, et améliorer simplement la fonctionnalité des bâtiments sont autant de leviers possibles, comme le démontrent les différents éleveurs qui témoignent dans ce dossier. Chacun à sa manière a su se poser les bonnes questions et trouver les réponses les mieux adaptées à sa situation, selon ses objectifs et les opportunités qui se sont offertes à lui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière