Aller au contenu principal

Soja : le Brésil et la Chine font la pluie et le beau temps sur le marché mondial

Les importations d’oléagineux de l’Union européenne ont augmenté entre 2000 et 2020, mais l’appétit de la Chine, plus vorace, l’a conduite à devenir le premier acheteur mondial, et de loin.

Soja : le Brésil et la Chine font la pluie et le beau temps sur le marché mondial

« La production mondiale de graines d’oléagineux devrait s’établir à 647 millions de tonnes en 2022-2023, soit une hausse de 11 % en cinq ans selon l’USDA, a chiffré Vincent Chatellier, économiste à l’Inrae, lors des Rencontres autour des recherches sur les ruminants (3R). Les principaux pays producteurs sont le Brésil (23 %), les États-Unis (21 %), la Chine (10 %), l’Argentine (9 %) et l’Inde (6 %). » La Chine a de tels besoins qu’elle est largement déficitaire. Elle est même devenue le premier importateur mondial devant l’Union européenne. Vincent Chatellier a brossé en quelques chiffres un marché des oléagineux dominé par le soja, avec deux partenaires qui orientent le marché mondial : la Chine et le Brésil.

Le Brésil a multiplié par six ses exportations de soja

Les exportations mondiales de soja (graines, tourteaux, huile) ont été multipliées par quatre en vingt ans (en monnaie courante). Le Brésil, premier exportateur mondial, assure plus de 37 % des échanges mondiaux. Ses exportations sont passées de 5 à plus de 30 milliards d’euros courants entre 2000 et 2020. Un essor qui s’est fait en grande partie via de la déforestation. Les exportations des États-Unis – 32 % des exportations mondiales – progressent aussi fortement.

Les achats chinois ont-ils atteint un plafond ?

L’essor de la production de soja pour satisfaire l’appétit chinois est peut-être en passe d’atteindre un plafond. La démographie chinoise a conduit en 2022 à une baisse de la population chinoise, pour la première fois depuis soixante ans. « Donc la croissance des importations chinoises devrait ralentir », conclue l’économiste.

L’UE peine à réduire ses importations de tourteaux

L’Union européenne voit ses importations d’oléagineux augmenter en vingt ans. Parmi elles, celles de soja se tassent ces dernières années. La France a davantage baissé ses importations de tourteaux de soja (un tiers environ) par rapport à ses voisins européens. « Cette diminution est surtout liée à une réduction du cheptel bovin, porcin, avicole. Elle s’explique aussi par le développement de la production de colza et de tourteau de colza. Et seulement un petit peu du fait d’initiatives pour autoconsommer des protéines produites localement. Malgré tout, le déficit français et européen reste lourd », rappelle Vincent Chatellier.

Si la forte dépendance de l’UE aux oléagineux importés est un sujet abordé fréquemment ces dernières décennies, la flambée des prix internationaux jette un nouvel éclairage sur cette problématique, pointe l’économiste. La pression environnementale s’accentue pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et la déforestation induite en Amazonie et en Indonésie. La nouvelle PAC tente de préserver les prairies et d’inciter à la production de cultures riches en protéines. Le temps d’une baisse significative des importations de graines et de tourteaux est peut-être arrivé.

Repères

Les oléagineux comprennent : soja, colza, tournesol, huile de palme, huile de palmiste, huile d’olive, arachide, coprah, lin, coton…

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière