Aller au contenu principal

Six éleveurs, six stratégies pour l'après-quotas

Augmentation du volume, optimisation de l’existant, recherche de valeur ajoutée… Six éleveurs nous parlent de leurs choix qui traduisent une vision différente du métier.

Aller au bout de sa logique
Aller au bout de sa logique
© Adimas - Fotolia - Composition : F. Théry

Après trente ans de quotas laitiers, un monde nouveau vient de s’ouvrir au 1er avril.

Un monde de volatilité, source d’inquiétude et d’insécurité.

Mais aussi un monde d’opportunités et de liberté, source de dynamisme et motivant.

La maîtrise technique reste essentielle pour sortir de bons résultats économiques. Mais elle ne peut plus suffire. Produire du lait demande aujourd’hui de nouvelles compétences : des compétences en gestion d’entreprise qui imposent de passer autant de temps au bureau que sur l’élevage.

Il faut être clair sur ses objectifs, et savoir où l’on veut être dans cinq ans. Pour avoir le temps de gérer et réfléchir à l’avenir, il faut aussi apprendre à déléguer certaines tâches pour ne pas être tout le temps le nez dans le guidon.

Plus facile à dire qu’à faire, vous dites-vous ! Faites-vous accompagner dans cette période de changement : beaucoup d’organismes agricoles peuvent vous aider à bâtir votre propre stratégie en fonction de vos aspirations et de votre environnement. Participez à des groupes d’éleveurs. Avoir des regards extérieurs sur ses pratiques permet de mettre le doigt sur ce que l’on ne voit plus et de vaincre les résistances au changement.

La compétitivité, c’est avant tout une question de cohérence. Ceux qui dégagent les meilleurs résultats sont aussi ceux qui vont au bout de leur système, de leur logique. Cette stratégie ne doit pas être remise en cause à chaque changement de conjoncture, ou à chaque rencontre.

Dans ce dossier, nous vous proposons six témoignages d’éleveurs qui vous parlent de leurs choix. Six élevages, six façons très différentes de produire et de vivre du lait.

Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas une stratégie gagnante mais une multitude de stratégies gagnantes. À chacun de créer son propre modèle, celui dans lequel il se sent bien.

SOMMAIRE du dossier

Page 30 - Savoir vers quoi on veut aller ! - Dans un monde instable

Page 32 - « Nous avons préféré investir par étapes » Gaec de la pomme d’or (50)

Page 36 - « Nous avons toujours été des fonceurs » Gaec Bézu-Acloque (62)

Page 40 - « Faire mieux plutôt que faire plus » Gaec de Kergoat (29)

Page 44 - « Mettre de l’argent de côté les bonnes années » Gaec de Madelbos (15)

Page 48 - « Nous misons sur une production élevée à l’hectare et à l’animal » Gaec de Keroulach (29)

Page 50 - « Nous allons chercher la valeur ajoutée » Gaec de la Laitière (22)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière