Aller au contenu principal

Situation tendue pour près d'un milliard de litres de lait

Face au problème des laits « flottants » et au décrochage du prix du lait pratiqué par des coopératives, un travail de recensement et d'analyse est mené par l'interprofession laitière.

LE MARCHÉ SPOT DU LAIT, sur lequel sont dégagés les excédents de lait collectés, est descendu à 180-200 € au printemps. Il est revenu à 300 € en août.
LE MARCHÉ SPOT DU LAIT, sur lequel sont dégagés les excédents de lait collectés, est descendu à 180-200 € au printemps. Il est revenu à 300 € en août.
© J. Chabanne

Le nombre de producteurs en situation délicate face à leur entreprise a pris de l'ampleur ces derniers mois. Pas loin d'un milliard de litres de lait serait concerné à un degré divers. « La plupart des régions françaises sont touchées », souligne Gilles Psalmon directeur de la FNPL.


Les problèmes rencontrés par les producteurs sont de différents types. Il y a la situation la plus grave de ceux qui, comme les 70 producteurs de la coopérative des Monts du Forez depuis que la société Forez Fourme a été placée en redressement judiciaire(1), sont aujourd'hui sans réel collecteur. Le lait est toujours collecté mais se retrouve désormais sur le marché spot.


D'autres, comme les producteurs de la laiterie Dischamp dans le Puy-de-Dôme, ne sont pas confrontés à un arrêt de collecte immédiat mais ont été prévenus qu'à terme, dans un délai de six mois-un an, suite à la dénonciation d'un contrat, ils pourraient se retrouver sans collecteur.


La plupart des régions françaises sont concernées


C'est aussi le cas de producteurs en GIE ou coopérative de collecte qui ne sont pas adossés à un contrat à long terme avec un transformateur comme le GIE de la Chataigneraie dans le Cantal.


Enfin restent ceux -- beaucoup plus nombreux -- dont l'entreprise est confrontée à des problèmes de marchés et de mix produit, et qui subissent un décrochage du prix du lait (30-40 euros/1 000 l). C'est le cas de Terra Lacta en Charente-Maritime, de Coralis en Ille-et-Vilaine, de la CLHN en Seine-Maritime ou encore de la coopérative de Blâmont en Meurthe-et-Moselle, dont les excédents de lait sont également écoulés sur le marché spot.


Ces laits « flottants » (ceux inscrits jusque là dans des contrats aujourd'hui rompus par les entreprises acheteuses de lait) et les excédents de lait des entreprises ont conduit à un effondrement des cours du marché spot au printemps, une période classiquement basse. « Les cours sont tombés à 180-200 euros/1 000 litres en mars, avril et mai derniers. Cet effondrement est à relier à la forte augmentation de la collecte depuis deux ans, explique Gérard Calbrix, d'Atla. Le prix du lait spot est descendu en dessous du prix beurre poudre car les entreprises n'avaient pas les capacités de transformation suffisantes ; le lait est parti là où il pouvait être transformé jusqu'en Pologne. »


Mais pour la FNPL, ce n'est pas en baissant la production française qu'on résoudra durablement les problèmes des laits « flottants » ou d'excédent de certaines entreprises. La « gravité de la situation » a conduit le syndicat début juillet à demander à l'interprofession laitière d'« approfondir le diagnostic des forces et faiblesses de la transformation ». Il met en cause dans un communiqué du 2 juillet « l'absence de stratégie de certains transformateurs concernant leur mixproduit ou leur stratégie à l'export », leurs coûts de production et leur manque d'anticipation.


De son côté, suite à l'interpellation de la FNPL, la FNCL demande aussi que « les laits 'flottants' fassent l'objet d'un diagnostic approfondi au niveau interprofessionnel (causes, territoires, volumes, échéances, perspectives) » et que « les pouvoirs publics s'impliquent dans ce sujet » de façon à trouver des solutions pérennes.

« Les entreprises coopératives ne peuvent être ni le Samu des producteurs ni le réceptacle des laits dont les entreprises privées ne veulent plus », rappelle-t-elle dans un communiqué du 20 juillet. Un premier travail de recensement exhaustif des situations délicates a donc été lancé en urgence lors de l'assemblée générale du Cniel le 10 juillet. Les solutions restent à trouver.


(1) Et le contrat signé avec l'italien Inalpi pour l'année 2012 a été rompu en juin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière