Aller au contenu principal

Elevage laitier
Selon le réseau Rica, le revenu des éleveurs laitiers se dégrade

En 2001, le résultat par unité de travail annuel est descendu à 14 500 euros. Il stagnait depuis 1994.


Depuis 1994, le revenu des exploitations laitières, ramené à l´unité de travail annuel, stagne. Certaines années, 1996 et 2001, se sont mêmes traduites par une nette dégradation. C´est ce que met en évidence le réseau Rica(1), d´après Jean-Claude Guesdon, directeur du GEB (Institut de l´élevage)(2). En 2001, le résultat est descendu à 14 500 euros par UTA, alors qu´il était de 16 400 euros en 2000. La tendance pourrait s´aggraver en 2002 compte tenu du prix du lait et des coûts de production. Ces derniers ayant atteint leur plus haut niveau de production depuis 1995 (d´après l´indice Ipampa GEB/FNPL).
En 1996 et 2001, de nettes dégradations du revenu ont été enregistrées. ©F. Mechekour

Sur les vingt dernières années, le secteur laitier n´a certes pas connu de grandes phases de dépression. Sur la décennie 1990, les résultats du Rica montrent même une progression de l´ordre de 20 % à monnaie à constante. Mais, souligne Jean-Claude Guesdon, cette évolution positive est essentiellement due à la réduction du nombre de producteurs, et celle-ci se fait par l´élimination des plus bas revenus. L´augmentation moyenne ne veut pas dire qu´il y a augmentation d´autant du revenu de ceux qui restent.
Le revenu des exploitations laitières est resté bien inférieur au revenu moyen par actif agricole, toutes orientations agricoles confondues. Il est même passé en 2001, alors que le prix était élevé, en dessous du revenu par actif en production de viande bovine. Seul le secteur ovin est resté en dessous et l´écart se comble.
Pour le moment, le poids de l´endettement, c´est-à-dire l´importance des annuités par rapport à l´excédent brut d´exploitation reste dans l´ensemble correct en système laitier. Toutefois environ 15 % des exploitations ont un poids de l´endettement trop élevé (60 % d´annuités/EBE) ; 5 % ont même un endettement supérieur à 100 % de l´EBE.

Dans les différents pays, même revenu pour un quota variant du simple au double
Avec un volume de lait par unité de travail annuel qui varie de 1 à 2,5 suivant les pays, le résultat courant par UTA est quasiment identique. L´EBE est bien différent, mais dans les pays à restructuration accélérée, il sert donc d´abord à rembourser les dettes aux banquiers.
Prenons l´exemple du Danemark où l´augmentation de la référence moyenne ces cinq dernières années a été du même ordre que la dimension moyenne des étables laitières françaises (184 000 kg de croissance au Danemark pour 193 000 kg de référence en France en 2001-2002).
D´après le Rica Europe, le résultat courant par UTA est le même en France qu´au Danemark, avec un quota par exploitation deux fois plus petit et un nombre d´UTA identique.

(1) Le réseau d´informations comptables agricoles est un réseau de résultats comptables. Il suit la comptabilité d´échantillons d´exploitations représentatifs de l´agriculture professionnelle.
(2) Lors de son intervention à l´AG de la FNPL en mars dernier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière