Aller au contenu principal

[Sélection] La Simmental mise sur la diversité génétique

Quelque 834 pères différents, 738 taureaux avec moins de 100 filles… les origines génétiques n’ont jamais été aussi diverses selon l’Organisme de sélection Simmental France.

© Simmental France

Plus de 52 600 femelles Simmental étaient recensées en France au 1 er juillet 2020 selon Simmental France. L’effectif est resté assez stable (+ 306 femelles) par apport à l’année précédente. « 40 666 femelles Simmental étaient enregistrées à l’Etat civil en début d’année 2020 dans 1762 cheptels différents et 82 départements. »

La diversité génétique est l’un des faits marquants de cette campagne 2019/2020 ? « Avec 1552 filles, Haddock est le taureau qui compte le plus de descendants dans la population Simmental femelles devant Barnum (1219 filles) et Brocard (978 filles) », souligne l’Organisme de sélection. Reste, que les 10 taureaux les plus utilisés représentent moins de 23 % des origines. Par ailleurs, sur les 834 pères différents, 738 ont moins de 100 filles.

Le poids des origines françaises est une seconde source de satisfaction. « Plus de la moitié des femelles sont issues de taureaux français. C’est une belle confiance dans notre schéma de sélection. »

Des index génomiques français pour les taureaux en 2022

Du coté des origines étrangères, avec plus de 11 000 femelles nées de père allemand, l’Allemagne devance très nettement l’Autriche (5863) et la Suisse (763). La publication des premiers index génomiques français pour les femelles en novembre 2020 a également été un temps fort pour la race.

« Les index génomiques des taureaux français sont encore calculés en Allemagne. Nous utilisons des index convertis. Mais à partir de 2022, nos taureaux auront des index génomiques français », précise Hervé Vignon, le directeur de Simmental France.

 

Concours national au Sommet de l’élevage 2021

Si la situation sanitaire ne vient pas perturber les évènements, la Simmental organisera son national dans le cadre du prochain Sommet de l’élevage programmé du 5 au 8 octobre 2021. Une centaine de Simmental venues de toute la France seront en compétition.

 

Plus de 11 200 femelles croisées Simmental

simmental en 2020 croisées

© Simmental France

« La Simmental est de plus en plus utilisée en croisement sur d’autres races laitières », observe l’Organisme de sélection. Plus de 11 200 femelles croisées sont issues d’un père Simmental. « Ce nombre a quasiment doublé en l’espace de sept ans. » Le phénomène s’accélère depuis deux ans. « Ces femelles croisées sont issues à 74 % de taureaux français », note avec satisfaction l’Organisme de sélection.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière