Aller au contenu principal

Sélection : la contractualisation va se renforcer

L’évaluation génétique s’est toujours appuyée sur de gros volumes de données. Mais le nouveau règlement zootechnique européen va bouleverser la donne sur leurs modalités d’échanges et de valorisation.

Les éleveurs seront sollicités pour signer des contrats pour apporter des données aux entreprises de sélection et pourraient obtenir en retour des avantages.
© F. Mechekour

Le prérequis pour calculer des index, c’est la collecte des données en élevage (production, pointage…). Cela reste vrai même avec l’avènement de la sélection génomique en 2009. Le nouveau règlement zootechnique européen, qui sera mis en place en novembre 2018, prévoit la création d’organismes de sélection. Ces derniers devront gérer, en interne ou avec des partenaires, le schéma de sélection, le contrôle de performance… Le règlement va conduire à plus de contractualisation. « Il va créer une véritable rupture parce que nous allons passer d’un système mutualisé et administré à un système plus libéral. Quelle touche de mutualisation va-t-on garder ? C’est la question, souligne Michel Pivard, président de FEIA (1). Jusqu’ici, les données étaient mutualisées et accessibles à tous. Demain, il y aura des apporteurs de données qui contractualiseront avec les autres opérateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
[Contenu Partenaire] Fullwood Packo : 200 vaches, 10 postes de traite et toutes les options
Pour ses 190 à 220 vaches à la traite, le Gaec des Cariolets (44) a opté pour une salle de traite QR 2 x 10 Fullwood Packo. Un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière