Aller au contenu principal

[Sélection] Evolution passe à la vitesse supérieure pour produire des embryons in-vitro

Le groupe Evolution exploitera les technologies sous licence Boviteq pour la production d’embryons in-vitro à compter du 1er janvier 2021.

Le laboratoire d’Evolution devient le premier laboratoire franchisé Boviteq en Europe
© Boviteq

Accélérer le progrès génétique grâce à la production d’embryons in-vitro, tel est l’objectif du partenariat noué par le groupe Evolution avec Boviteq. Experte dans le domaine, la filiale du groupe Semex possède deux laboratoires en Amérique du Nord : un au Québec et l’autre dans le Wisconsin aux Etats-Unis.

Evolution a son propre laboratoire de fécondation in-vitro. Alors pourquoi travailler sous licence Boviteq ?  « La France a moins investi dans la fécondation in-vitro que l’Amérique du Nord. Notamment parce que nous avons de très bons résultats en transplantation embryonnaire classique. L’Amérique du Nord a pris une certaine avance sur nous. La technologie employée par Boviteq est plus efficiente que la nôtre », explique Jean-Yves Dréau, directeur général adjoint d’Evolution. « Grâce à Boviteq, nous allons pouvoir augmenter le nombre d’embryons issus d’animaux plus jeunes et par conséquent accélérer le progrès génétique dans nos différents schémas. »

Quelque 13 000 embryons sont utilisés chaque année dans le cadre des programmes de sélection d’Evolution. L’entreprise espère à terme en produire la moitié in-vitro.

Produire plus de taureaux issus de jeunes générations

Pour rappel, la production d’embryons pour les besoins des schémas de sélection est une pratique courante depuis de nombreuses années. Deux voies sont possibles : une collecte d’embryons sur une donneuse six à sept jours après les inséminations (transplantation embryonnaire « classique ») ou une production d’embryons in-vitro (Opu-Fiv). Dans ce cas les ovocytes sont ponctionnés sur les ovaires des génisses à partir de 7 mois d'âge si leur développement le permet. Ils sont fécondés et cultivés in-vitro avant d’être transférés dans une receveuse. « Avec l’Opu-Fiv, on accélère le progrès génétique parce qu’on intervient sur des génisses plus jeunes : 7 mois contre 10 à 11 mois pour une collecte d’embryons classique. On peut produire une trentaine d’embryons via l’Opu-Fiv avant de commencer une collecte d’embryons classique », souligne Jean-Yves Dréau.

A lire aussi : Evolution renforce ses alliances en Europe

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Tanguy Pinel et Adeline Fontaine. « Notre objectif de produire 800 000 litres de lait sur une stalle avec un maximum de pâturage est conforté par la flambée des matières premières. »
« Nos vaches produisent 41 kg de lait au robot avec 45 % d’herbe pâturée »
Au Gaec Le Bois Denial, en Ille-et-Vilaine, le niveau d’étable est passé de 9 500 kg à plus de 12 000 kg après le passage au…
De gauche à droite : Audrey Bourolleau, fondatrice d'Hectar, et Julie Renoux, vétérinaire conseil pour la Laiterie des Godets.
Quel modèle propose Hectar à la laiterie des Godets ?
Le projet Hectar, fondé par Audrey Bourolleau et Xavier Niel, a inauguré le 17 mai sa ferme pilote La Laiterie des Godets, conçue…
Le prix Lactalis augmente plus rapidement que celui de ses concurrents ce printemps.
Le prix du lait Lactalis parmi les plus élevés

Après d’importantes…

Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
C'est en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Allemagne que le prix de mars a le plus augmenté par rapport à mars 2021.
Le prix du lait français à la traîne en Europe

L’observatoire européen des prix du lait

Prairie de 12 ans en janvier 2022.
« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »
Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière