Aller au contenu principal

[Sélection] Evolution passe à la vitesse supérieure pour produire des embryons in-vitro

Le groupe Evolution exploitera les technologies sous licence Boviteq pour la production d’embryons in-vitro à compter du 1er janvier 2021.

Le laboratoire d’Evolution devient le premier laboratoire franchisé Boviteq en Europe
© Boviteq

Accélérer le progrès génétique grâce à la production d’embryons in-vitro, tel est l’objectif du partenariat noué par le groupe Evolution avec Boviteq. Experte dans le domaine, la filiale du groupe Semex possède deux laboratoires en Amérique du Nord : un au Québec et l’autre dans le Wisconsin aux Etats-Unis.

Evolution a son propre laboratoire de fécondation in-vitro. Alors pourquoi travailler sous licence Boviteq ?  « La France a moins investi dans la fécondation in-vitro que l’Amérique du Nord. Notamment parce que nous avons de très bons résultats en transplantation embryonnaire classique. L’Amérique du Nord a pris une certaine avance sur nous. La technologie employée par Boviteq est plus efficiente que la nôtre », explique Jean-Yves Dréau, directeur général adjoint d’Evolution. « Grâce à Boviteq, nous allons pouvoir augmenter le nombre d’embryons issus d’animaux plus jeunes et par conséquent accélérer le progrès génétique dans nos différents schémas. »

Quelque 13 000 embryons sont utilisés chaque année dans le cadre des programmes de sélection d’Evolution. L’entreprise espère à terme en produire la moitié in-vitro.

Produire plus de taureaux issus de jeunes générations

Pour rappel, la production d’embryons pour les besoins des schémas de sélection est une pratique courante depuis de nombreuses années. Deux voies sont possibles : une collecte d’embryons sur une donneuse six à sept jours après les inséminations (transplantation embryonnaire « classique ») ou une production d’embryons in-vitro (Opu-Fiv). Dans ce cas les ovocytes sont ponctionnés sur les ovaires des génisses à partir de 7 mois d'âge si leur développement le permet. Ils sont fécondés et cultivés in-vitro avant d’être transférés dans une receveuse. « Avec l’Opu-Fiv, on accélère le progrès génétique parce qu’on intervient sur des génisses plus jeunes : 7 mois contre 10 à 11 mois pour une collecte d’embryons classique. On peut produire une trentaine d’embryons via l’Opu-Fiv avant de commencer une collecte d’embryons classique », souligne Jean-Yves Dréau.

A lire aussi : Evolution renforce ses alliances en Europe

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière