Aller au contenu principal

Se fixer un objectif de hauteur d'herbe en entrée de parcelle

Luc Delaby, chercheur à l'Inra de Rennes, analyse une étude menée en Irlande sur la fréquence de pâturage.

L'augmentation de la fréquence de pâturage aboutit à une réduction de la biomasse présente à chaque pâturage, ce qui conduit à augmenter la surface nécessaire par vache et par jour.
L'augmentation de la fréquence de pâturage aboutit à une réduction de la biomasse présente à chaque pâturage, ce qui conduit à augmenter la surface nécessaire par vache et par jour.
© Luc Delaby/Inra

Faut-il plutôt privilégier la production de biomasse par hectare ou le nombre de passages par an ? Autrement dit, mieux vaut-il viser 10, 20, 30 ou 40 jours de repousses ? Voilà une question sur laquelle de récents travaux de recherche réalisés en Irlande, en situation réelle de pâturage, apportent un éclairage. « Comme on l’attendait, l’augmentation de la fréquence de pâturage aboutit à une réduction de la biomasse présente à chaque pâturage, qui conduit à augmenter la surface nécessaire par vache et par jour, relate Luc Delaby de l’Inra de Rennes. Grosso modo, entre 1200 et 2200 kg MS de biomasse par hectare en entrée de parcelle, le nombre de jours de pâturage par an et la production de lait par hectare varient peu. » En Irlande, cela correspond à des âges de repousse de 20 à 30 jours. « En revanche, poursuit le chercheur, le fait de réduire à moins de 20 jours l’âge de repousses, et donc de pâturer des biomasses inférieures à 1200 kg MS/ha en entrée de parcelle, entraîne un gros risque d’emballement du système. Cela limite les récoltes et réduit le nombre de jours de pâturage par hectare. » Compte tenu des faibles biomasses, la vitesse de rotation a tendance à s’accélérer et nécessite certaines années, lors des périodes de trop faible croissance, une extension des surfaces pâturées... D'où l'importance de bien anticiper et de s'adapter à la croissance de l'herbe avec un objectif de biomasse ou de hauteur d'herbe en entrée de parcelle, et s'affranchir de la notion d'âge des repousses. Les recommandations actuelles proposent un compromis entre 1200 et 1500 kg/ha en entrée de parcelle, soit une hauteur d’herbe de 10 à 12 cm selon les densités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière