Aller au contenu principal

[Space] Nouvelle formule pour 2021 : trois jours de salon et une journée digitale

Huit mois, c’est le temps qui reste à l’équipe du Space pour préparer l’édition 2021. Un nouveau challenge pour les organisateurs au vu des incertitudes liées à la pandémie de Covid 19.

© Space

Est-ce que cette édition programmée du 14 au 16 septembre pourra se dérouler en présentiel ? « Nous allons tout faire pour que le Space ait lieu en présentiel », ont expliqué Marcel Denieul, Président du Space et Anne-Marie Quéméner, Commissaire générale du Space, lors d’une conférence de presse organisée le 20 janvier. Si le salon ouvre bel et bien ses portes, cela ne sera plus durant quatre jours mais trois, du mardi au jeudi. Le Space se prolongera le vendredi avec une édition spécifique en digitale.

La durée idéale d’un salon est de 3 jours

Plusieurs raisons ont motivé ce changement de formule. Il vise à répondre aux attentes des exposants, des visiteurs étrangers mais aussi des éleveurs français. Les organisateurs du Space ont observé chez ces derniers un transfert de fréquentation du vendredi vers le mardi.

La modification du planning des salons a également pesé dans la décision. Certains évènements qui devaient avoir lieu au niveau national ou international lors du premier semestre 2021 ont été reportés sur le deuxième semestre et ce sera la même chose en 2022.

Côté programme, il va falloir patienter pour en savoir plus. Le thème de la plateforme Recherche et Développement et l’organisation des concours restent à préciser. Quelle que soit la formule du salon, le concours Innov’Space se déroulera bien en 2021.

 

A retenir

- Salon en présentiel, si le contexte sanitaire le permet
- Le Space ouvrira ses portes du 14 au 16 septembre
- Maintien de la soirée des éleveurs le mercredi soir
- Le jeudi, dernier jour du salon en présentiel, fermeture repoussée à 20h au lieu de 18h.
- Version digitale le vendredi 17

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière