Aller au contenu principal

[Space] Nouvelle formule pour 2021 : trois jours de salon et une journée digitale

Huit mois, c’est le temps qui reste à l’équipe du Space pour préparer l’édition 2021. Un nouveau challenge pour les organisateurs au vu des incertitudes liées à la pandémie de Covid 19.

© Space

Est-ce que cette édition programmée du 14 au 16 septembre pourra se dérouler en présentiel ? « Nous allons tout faire pour que le Space ait lieu en présentiel », ont expliqué Marcel Denieul, Président du Space et Anne-Marie Quéméner, Commissaire générale du Space, lors d’une conférence de presse organisée le 20 janvier. Si le salon ouvre bel et bien ses portes, cela ne sera plus durant quatre jours mais trois, du mardi au jeudi. Le Space se prolongera le vendredi avec une édition spécifique en digitale.

La durée idéale d’un salon est de 3 jours

Plusieurs raisons ont motivé ce changement de formule. Il vise à répondre aux attentes des exposants, des visiteurs étrangers mais aussi des éleveurs français. Les organisateurs du Space ont observé chez ces derniers un transfert de fréquentation du vendredi vers le mardi.

La modification du planning des salons a également pesé dans la décision. Certains évènements qui devaient avoir lieu au niveau national ou international lors du premier semestre 2021 ont été reportés sur le deuxième semestre et ce sera la même chose en 2022.

Côté programme, il va falloir patienter pour en savoir plus. Le thème de la plateforme Recherche et Développement et l’organisation des concours restent à préciser. Quelle que soit la formule du salon, le concours Innov’Space se déroulera bien en 2021.

 

A retenir

- Salon en présentiel, si le contexte sanitaire le permet
- Le Space ouvrira ses portes du 14 au 16 septembre
- Maintien de la soirée des éleveurs le mercredi soir
- Le jeudi, dernier jour du salon en présentiel, fermeture repoussée à 20h au lieu de 18h.
- Version digitale le vendredi 17

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière