Aller au contenu principal
Font Size

Saisonnalité: vraie ou fausse priorité ?

Selon les laiteries, désaisonnaliser la production est ou n’est pas une priorité. Côté producteurs, certains y trouvent un intérêt au-delà d’un meilleur prix du lait. Pour d’autres, un changement de répartition des vêlages est trop perturbant.

La contractualisation
pousse à s’intéresser
à la saisonnalité
La contractualisation
pousse à s’intéresser
à la saisonnalité
© B. Griffoul

Ces dernières années, en France, la répartition des volumes de lait produits chaque mois est devenue bien plus régulière. La production laitière française se désaisonnalise, ou se linéarise, suivant le vocabulaire que l’on préfère.

Mais la courbe des livraisons n’atteint pas encore le profil très plat des courbes allemande, néerlandaise ou danoise. En outre, cette linéarité toute récente semble fragile, et très dépendante des conditions climatiques et donc des quantités et qualités de fourrage, et très dépendante également du rapport entre le prix du lait et les coûts de production.

Faut-il chercher à linéariser davantage la production française ? La réponse varie selon les laiteries et leurs marchés. Pour certaines, la linéarité est un enjeu majeur, et elles ont mis en place des systèmes fortement incitatifs, comme par exemple Sodiaal et Danone. Les laiteries qui donnent des primes significatives assurent que leur courbe de collecte s’améliore. Elles les maintiennent pour continuer à soutenir les efforts des producteurs. Car décaler ses vêlages pour les avancer, les étaler… peut être lourd de conséquences, et s’avérer coûteux sur le plan alimentaire.

Pour d’autres laiteries, la linéarité n’est pas affichée comme une priorité. Pour autant, elles y font attention, pour ne pas revenir à une saisonnalité plus marquée. En ce début d’année 2014, toutes les entreprises procèdent donc à un lissage du prix du lait, pour reporter une partie de la hausse du prix du lait sur les mois d’été. Fait nouveau, certaines laiteries agissent sur les volumes (avec ou sans prime), en accordant des volumes supplémentaires préférentiellement sur les mois d’été, et en encadrant les volumes produits au printemps.

Et les éleveurs, ont-ils un intérêt à désaisonnaliser leur production de lait ? Certains l’ont fait. Ils ont décalé leurs vêlages, de l’automne-hiver vers le printemps-été, ou les ont étalés davantage. Les éleveurs qui témoignent dans ce dossier livrent chez Sodiaal ou Danone, et bénéficient de systèmes fortement incitatifs. Leur motivation va au-delà de la recherche d’un meilleur prix du lait. Leur changement de stratégie de vêlage vise avant tout des objectifs plus structurants : optimisation du robot et des bâtiments, santé des veaux, répartition du travail…

Enfin, l’entrée dans l’ère de la contractualisation peut être une autre source de motivation. Chez Danone et Bongrain, l’encadrement des volumes par mois ou par trimestre est un élément contractuel. Pour des coopérateurs, la motivation est de participer à l’amélioration de la rentabilité de leur laiterie.

SOMMAIRE du dossier

Page 28 : Dispositifs des laiteries - L’incitation par les volumes, un nouveau levier

Page 34 : Côté éleveurs - Avantages et inconvénients d’un décalage des vêlages

Page 36 : Au Gaec des quatre chemins, en Meurthe-et-Moselle - «Nous saturons au maximum notre stabulation et notre robot»

Page 38 : Au Gaec de Beauchêne, en Mayenne - «Nous cherchons un système compatible avec le pâturage»

Page 39 : A la SCEA rivière lactée, en Meurthe-et-Moselle - «Étaler le plus possible, mais pas de vêlages en juillet!»

Page 40 : Au Gaec de Grossart, dans le Pas-de-Calais - «J’ai opté pour une stratégie basée sur le lait d’été»

Page 42 : À l’EARL Bouchet, dans le Jura - «J’ai empoché 6500 euros de primes saisonnalité en 2013»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière