Aller au contenu principal

Saint-nectaire : maintien des fourrages fermentés

En contrepartie d’un lien au sol plus fort et d’un étiquetage différencié pour le tout foin, la filière saint-nectaire devrait conserver les fourrages fermentés.

Le Comité national des appellations laitières aurait donné un avis favorable à la demande de révision du cahier des charges de l’AOP saint-nectaire, sous réserve de quelques modifications. À l’heure du bouclage de ce numéro (21 juin), l’avis restait à formaliser. La filière avait été contrainte par une réglementation européenne d’avancer la suppression des fourrages fermentés — prévue initialement pour 2020 — au 1er janvier 2017. Une échéance que les deux tiers des producteurs n’auraient pas pu tenir, au risque de les voir sortir de l’appellation, alors que 90 % du lait produit sur la zone lui sont destinés. La question a été retravaillée par la filière en accord avec la commission d’enquête de l’Inao. En contrepartie du maintien des fourrages fermentés, le lien au sol de l’appellation serait renforcé. Sur une année, la ration comprendrait au moins 70 % d’herbe issue de la zone. Les quantités de concentrés ne dépasseraient pas 1,8 tonne par vache et par an. La durée de pâturage serait portée de 140 à 160 jours. Le chargement passerait de 1,4 à 1,3 UGB/ha de SFP. Quant aux fourrages fermentés, ils ne dépasseraient pas 15 % de la ration totale sur l’année. Et, hors période de pâturage, les fourrages secs couvriraient au moins 60 % de la ration de base contre 50 % précédemment.

Obligation de moyens en faveur des fourrages secs

Parmi les contreparties encore, la possibilité pour les transformateurs de lait produit uniquement avec des fourrages secs d’apposer une mention valorisante sur les étiquettes. L’organisme de défense aura enfin une obligation de moyens pour développer les fourrages secs, notamment en termes d’investissements. S’il n’y a plus d’échéance, la suppression des fourrages fermentés reste néanmoins un objectif pour la filière, affirme Patrice Chassard, représentant les producteurs au sein de l’ODG. Mais, plutôt que la réglementation, c’est désormais « le marché » qui donnera la voie à suivre : « Vu la segmentation qui s’opère en Europe sur le lait conventionnel, les signes officiels de qualité devront intégrer les demandes des consommateurs s’ils veulent rester performants sur leurs marchés. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière