Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Retour à la case départ pour l'AOP camembert de Normandie ?

Les deux mots "camembert" et "Normandie" ont une notoriété qui dépasse largement les frontières.
Les deux mots "camembert" et "Normandie" ont une notoriété qui dépasse largement les frontières.
© J.-C. Gutner

Il aura fallu près de trois ans pour que la plainte lancée par l'AOP camembert de Normandie, à l'encontre du camembert "fabriqué en Normandie", soit annulée pour vice de forme. Aucun débat sur le fond donc. "Trois ans pour se rendre compte qu'il y a un vice de procédure, c'est surprenant", ironise Patrick Mercicier, président de l'ODG AOP camembert de Normandie. L'ODG avait porté plainte en février 2012 pour "usurpation de notoriété"; la plainte contre les industriels a été déboutée en novembre dernier. La suite de ce combat devrait se décider lors de l'assemblée générale de l'ODG prévue le 5 juin. Les représentants des 550 producteurs de camembert de Normandie chercheront-ils à faire annuler le vice de forme? Recommenceront-ils la procédure depuis le début? Ou rendront-ils les armes?

L'ODG a entamé une consultation de différentes appellations d'origine "pour avoir une vision plus claire et moins sous pression". En jeu, "l'existence de  l'AOP". D'autant qu'en trois ans la donne a changé. "Ce n'est plus seulement contre le "fabriqué en" que l'ODG doit se défendre. Nous devons faire face à une dérive encore plus grave : des grandes marques (Réo, Gillot) se sont autorisées à utiliser sur des petits camemberts de 150 grammes (au lieu des 250 g habituels) fabriqués en Normandie, le visuel utilisé sur leurs camemberts AOP", s'insurge Patrick Mercier. Une façon, "en période de crise, de baisser le prix de vente en semant la confusion et en trompant le consommateur." "Les deux mots "camembert" et "Normandie" ont une notoriété qui dépasse largement les frontières, ajoute-t-il. La plus-value apportée incite à la contrefaçon."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
"Nous soignons davantage les vaches taries"

Jérémy Lonchampt, en Gaec, dans le Doubs :

"Nos 100 vaches montbéliardes n’…

Vignette
Les bienfaits d’une haie bien faite !
Parasol-brumisateur naturel pour les vaches, frein à l’érosion… Les haies rendent de multiples services, à contrebalancer avec la…
Carte d'Europe du Nord Ouest - évolution de la collecte laitière
Découvrez les forces et faiblesses de six pays laitiers d'Europe du Nord
Les forces et faiblesses des six pays étudiés par l'Institut de l'élevage sont toutes différentes. Après avoir perdu la première…
Vignette
ASTUCE - Une cage de contention très bien aménagée pour le parage des vaches
Dans la Manche, Jean-François Dorenlor a aménagé sa cage de contention pour faciliter et sécuriser le parage de ses vaches.
Vignette
Elevage des veaux au Québec : « Le colostrum, c’est bien plus que des anticorps »
Pour la nutritionniste québécoise Déborah Santschi, le premier repas de colostrum est extrêmement important car il a un impact à…
Le pare-chocs réduit l’accidentologie
Machinisme
Marché confidentiel en France, les pare-chocs frontaux sur tracteur intriguent de plus en plus les agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière