Aller au contenu principal

Retour à la case départ pour l'AOP camembert de Normandie ?

Les deux mots "camembert" et "Normandie" ont une notoriété qui dépasse largement les frontières.
Les deux mots "camembert" et "Normandie" ont une notoriété qui dépasse largement les frontières.
© J.-C. Gutner

Il aura fallu près de trois ans pour que la plainte lancée par l'AOP camembert de Normandie, à l'encontre du camembert "fabriqué en Normandie", soit annulée pour vice de forme. Aucun débat sur le fond donc. "Trois ans pour se rendre compte qu'il y a un vice de procédure, c'est surprenant", ironise Patrick Mercicier, président de l'ODG AOP camembert de Normandie. L'ODG avait porté plainte en février 2012 pour "usurpation de notoriété"; la plainte contre les industriels a été déboutée en novembre dernier. La suite de ce combat devrait se décider lors de l'assemblée générale de l'ODG prévue le 5 juin. Les représentants des 550 producteurs de camembert de Normandie chercheront-ils à faire annuler le vice de forme? Recommenceront-ils la procédure depuis le début? Ou rendront-ils les armes?

L'ODG a entamé une consultation de différentes appellations d'origine "pour avoir une vision plus claire et moins sous pression". En jeu, "l'existence de  l'AOP". D'autant qu'en trois ans la donne a changé. "Ce n'est plus seulement contre le "fabriqué en" que l'ODG doit se défendre. Nous devons faire face à une dérive encore plus grave : des grandes marques (Réo, Gillot) se sont autorisées à utiliser sur des petits camemberts de 150 grammes (au lieu des 250 g habituels) fabriqués en Normandie, le visuel utilisé sur leurs camemberts AOP", s'insurge Patrick Mercier. Une façon, "en période de crise, de baisser le prix de vente en semant la confusion et en trompant le consommateur." "Les deux mots "camembert" et "Normandie" ont une notoriété qui dépasse largement les frontières, ajoute-t-il. La plus-value apportée incite à la contrefaçon."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière