Aller au contenu principal

Retour de la tourmente pour le lait de consommation

La MUH casse à nouveau les prix. La coopérative allemande a accepté une baisse de ses tarifs de vente à la grande distribution en Allemagne, à l’automne dernier et en mai dernier(1). On peut trouver aujourd’hui chez Aldi une brique de lait demi-écrémé, avec bouchon à vis, à 0,45 euro le litre !


En France, les transformateurs ont dû aussi concéder des baisses de tarif à la grande distribution. Ils sont à nouveau confrontés à la concurrence du lait allemand. Et des excédents de lait pèsent sur la filière. En avril-mai, le lait spot est descendu à 180 euros pour 1000 litres. De quoi durement concurrencer des transformateurs qui ont payé leur collecte propre à 300-320 euros.


Les opérateurs fortement impliqués dans le lait de consommation, comme Coralis, la Laiterie Saint Denis de l’Hôtel… souffrent de cette situation. Les conséquences pour les éleveurs laitiers peuvent être des baisses du prix du lait plus marquées que dans d’autres laiteries. Coralis a annoncé aux éleveurs un prix de base de 280 euros/1000 l en juin. "Le problème, c'est qu'on ne sait pas pendant combien de temps ce décrochage va durer", s'inquiète un éleveur.


La Laiterie Saint Denis de l’Hôtel ne parvient plus à tenir le prix du lait issu des indicateurs Cniel. « Nous appliquons une flexibilité à neuf tranches (-4,77 euros sur le mois de juin), car nous sommes en ce moment dans une situation comparable à celle d’entreprises positionnées sur les produits industriels. Nous l’appliquerons tant que la crise du lait de consommation perdurera. Nous comparerons toutefois notre prix avec nos concurrents et ajusterons si nécessaire le prix payé à la hausse comme à la baisse », décrit Philippe Leseure, responsable des filières agricoles de LSDH. « Contrairement aux autres campagnes, nous n’accorderons pas d’allocations provisoires pour celle en cours. Il faut que le marché s’épure. »


La fusion Arla et la MUH salvatrice?


Le projet de fusion entre la coopérative dano-suédoise Arla foods et la MUH est vue d’un bon oeil par la filière française. « Si le projet aboutit (en attente du feu vert des coopérateurs de la MUH et de l’autorité de la concurrence), les éleveurs de la MUH toucheront le même prix que les coopérateurs Arla, car ils deviendront des coopérateurs à part entière. Arla veut conquérir le marché allemand avec cette fusion. Elle aura un poids de négociation plus important face à la grande distribution, et devrait donc pouvoir mieux défendre ses tarifs. Enfin, s’il y a des excédents de lait à la MUH, Arla pourra les réaffecter à d’autres marchés. Ainsi, les difficultés sur le lait de consommation ne devraient pas durer trop longtemps », analyse Gérard Calbrix, d’Atla.

(1) Les contrats lait de consommation se font sur des durées de six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière