Aller au contenu principal

Retour de la tourmente pour le lait de consommation

La MUH casse à nouveau les prix. La coopérative allemande a accepté une baisse de ses tarifs de vente à la grande distribution en Allemagne, à l’automne dernier et en mai dernier(1). On peut trouver aujourd’hui chez Aldi une brique de lait demi-écrémé, avec bouchon à vis, à 0,45 euro le litre !


En France, les transformateurs ont dû aussi concéder des baisses de tarif à la grande distribution. Ils sont à nouveau confrontés à la concurrence du lait allemand. Et des excédents de lait pèsent sur la filière. En avril-mai, le lait spot est descendu à 180 euros pour 1000 litres. De quoi durement concurrencer des transformateurs qui ont payé leur collecte propre à 300-320 euros.


Les opérateurs fortement impliqués dans le lait de consommation, comme Coralis, la Laiterie Saint Denis de l’Hôtel… souffrent de cette situation. Les conséquences pour les éleveurs laitiers peuvent être des baisses du prix du lait plus marquées que dans d’autres laiteries. Coralis a annoncé aux éleveurs un prix de base de 280 euros/1000 l en juin. "Le problème, c'est qu'on ne sait pas pendant combien de temps ce décrochage va durer", s'inquiète un éleveur.


La Laiterie Saint Denis de l’Hôtel ne parvient plus à tenir le prix du lait issu des indicateurs Cniel. « Nous appliquons une flexibilité à neuf tranches (-4,77 euros sur le mois de juin), car nous sommes en ce moment dans une situation comparable à celle d’entreprises positionnées sur les produits industriels. Nous l’appliquerons tant que la crise du lait de consommation perdurera. Nous comparerons toutefois notre prix avec nos concurrents et ajusterons si nécessaire le prix payé à la hausse comme à la baisse », décrit Philippe Leseure, responsable des filières agricoles de LSDH. « Contrairement aux autres campagnes, nous n’accorderons pas d’allocations provisoires pour celle en cours. Il faut que le marché s’épure. »


La fusion Arla et la MUH salvatrice?


Le projet de fusion entre la coopérative dano-suédoise Arla foods et la MUH est vue d’un bon oeil par la filière française. « Si le projet aboutit (en attente du feu vert des coopérateurs de la MUH et de l’autorité de la concurrence), les éleveurs de la MUH toucheront le même prix que les coopérateurs Arla, car ils deviendront des coopérateurs à part entière. Arla veut conquérir le marché allemand avec cette fusion. Elle aura un poids de négociation plus important face à la grande distribution, et devrait donc pouvoir mieux défendre ses tarifs. Enfin, s’il y a des excédents de lait à la MUH, Arla pourra les réaffecter à d’autres marchés. Ainsi, les difficultés sur le lait de consommation ne devraient pas durer trop longtemps », analyse Gérard Calbrix, d’Atla.

(1) Les contrats lait de consommation se font sur des durées de six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière