Aller au contenu principal
Font Size

Retour de la tourmente pour le lait de consommation

La MUH casse à nouveau les prix. La coopérative allemande a accepté une baisse de ses tarifs de vente à la grande distribution en Allemagne, à l’automne dernier et en mai dernier(1). On peut trouver aujourd’hui chez Aldi une brique de lait demi-écrémé, avec bouchon à vis, à 0,45 euro le litre !


En France, les transformateurs ont dû aussi concéder des baisses de tarif à la grande distribution. Ils sont à nouveau confrontés à la concurrence du lait allemand. Et des excédents de lait pèsent sur la filière. En avril-mai, le lait spot est descendu à 180 euros pour 1000 litres. De quoi durement concurrencer des transformateurs qui ont payé leur collecte propre à 300-320 euros.


Les opérateurs fortement impliqués dans le lait de consommation, comme Coralis, la Laiterie Saint Denis de l’Hôtel… souffrent de cette situation. Les conséquences pour les éleveurs laitiers peuvent être des baisses du prix du lait plus marquées que dans d’autres laiteries. Coralis a annoncé aux éleveurs un prix de base de 280 euros/1000 l en juin. "Le problème, c'est qu'on ne sait pas pendant combien de temps ce décrochage va durer", s'inquiète un éleveur.


La Laiterie Saint Denis de l’Hôtel ne parvient plus à tenir le prix du lait issu des indicateurs Cniel. « Nous appliquons une flexibilité à neuf tranches (-4,77 euros sur le mois de juin), car nous sommes en ce moment dans une situation comparable à celle d’entreprises positionnées sur les produits industriels. Nous l’appliquerons tant que la crise du lait de consommation perdurera. Nous comparerons toutefois notre prix avec nos concurrents et ajusterons si nécessaire le prix payé à la hausse comme à la baisse », décrit Philippe Leseure, responsable des filières agricoles de LSDH. « Contrairement aux autres campagnes, nous n’accorderons pas d’allocations provisoires pour celle en cours. Il faut que le marché s’épure. »


La fusion Arla et la MUH salvatrice?


Le projet de fusion entre la coopérative dano-suédoise Arla foods et la MUH est vue d’un bon oeil par la filière française. « Si le projet aboutit (en attente du feu vert des coopérateurs de la MUH et de l’autorité de la concurrence), les éleveurs de la MUH toucheront le même prix que les coopérateurs Arla, car ils deviendront des coopérateurs à part entière. Arla veut conquérir le marché allemand avec cette fusion. Elle aura un poids de négociation plus important face à la grande distribution, et devrait donc pouvoir mieux défendre ses tarifs. Enfin, s’il y a des excédents de lait à la MUH, Arla pourra les réaffecter à d’autres marchés. Ainsi, les difficultés sur le lait de consommation ne devraient pas durer trop longtemps », analyse Gérard Calbrix, d’Atla.

(1) Les contrats lait de consommation se font sur des durées de six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière