Aller au contenu principal
Font Size

Reproscope pour améliorer ses performances de repro

Lancé en 2014, le programme national Reproscope arrive à terme et proposera prochainement différents outils.
Le premier est un observatoire national des performances de reproduction des troupeaux bovins laitiers et allaitants construits avec les données de plus de 7 millions d’animaux et 190 000 troupeaux issues des bases nationales (BDIN et SNIG). Cet observatoire en ligne comprendra une vingtaine de critères de reproduction (sur les vaches et génisses % de réussite, IVV…) en fonction de différents paramètres (région, race, niveau de production, saison de vêlage, taille du troupeau…).
Le second outil est un référentiel des objectifs de repro par système d’élevage pour les races Prim’Holstein, Montbéliarde et Normande. Ce référentiel s’appuie sur les typologies existantes. « La variabilité intersystème est très importante : + ou – 63 jours d’IVV moyen, souligne Fabrice Bidan de l’Institut de l’élevage (1). Mais à l’intérieur d’un même système, l’écart d’IVV varie de 23 à 114 jours selon les systèmes. »

Estimer le gain économique d’une amélioration des performances

Reproscope permettra par ailleurs à un éleveur de se positionner par rapport à des élevages similaires, et ainsi d’estimer ses marges de progrès techniques et économiques. Pour cela, il devra saisir le profil de son troupeau, sa conduite de reproduction, ses performances et le système d’élevage. « Il pourra mesurer le gain économique à attendre d’une amélioration des performances. Si l’on prend l’exemple d’un élevage du Grand Ouest avec 60 Prim’Holstein en vélages étalés et 9 550 litres/ha, le gain potentiel sur la marge brute en passant d’un IVV de 425 jours à 415 jours est de 27 €/vache/an, détaille Fabrice Bidan. Mais en fonction des caractéristiques du troupeau et de la conjoncture, le gain à attendre d’une réduction de 10 jours de l’IVV varie 3 à 55 €/vache/an. Ce gain est à mettre en parallèle avec le coût des leviers plus ou moins faciles à mettre en place. »

(1) Lors de la journée Grand angle lait le 4 avril dernier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière