Aller au contenu principal

Repérez-vous les vaches à cellules avec Génocellules ?

Proposé par Seenergi et des distributeurs, le service GénoCellules permet de dénombrer les comptages cellulaires de chaque vache traite grâce au génotypage d’un échantillon de lait de tank.

 © F. Mechekour/archives
© F. Mechekour/archives
 

Guillaume Palin, en Gaec dans la Meuse

 

 

 

Oui J’utilise ce service depuis décembre 2018. Il permet d’être plus réactif dans le suivi des comptages cellulaires. Je me suis engagé sur 12 analyses par an avec la possibilité de les faire quand je veux. J’ai conservé un contrôle de performance classique (lait, taux et cellules) tous les deux mois. Je peux faire des analyses intermédiaires en Génocellules en cas de problèmes pour repérer les vaches qui en sont la cause. C’est pratique et simple à faire. J’ai dû génotyper mes 52 vaches et 15 génisses. C’est un investissement intéressant à condition de valoriser aussi les index génomiques des femelles génotypées. Je dois pour cela conserver une partie du troupeau en race pure. Je suis en conversion bio. Mon objectif est d’améliorer la rusticité des vaches. Grâce au génotypage, les plans d’accouplements sont plus précis. Je pourrai conserver les meilleures Holstein en race pure et croiser les autres avec du Simmental. Ces nouveaux services sont intéressants à condition que des techniciens nous aident à les valoriser.

Laurent Lelièvre, en Gaec en Mayenne

 

 

 

Non Ce service convient aux éleveurs tangents en comptages cellulaires ou qui souhaitent des analyses plus fréquentes. Ce n’est pas notre cas. Depuis mon installation il y a 10 ans, nous n’avons eu que deux pénalités liées aux cellules. Nos comptages ne dépassent pas le seuil de 250 0000 cellules/ml de lait. Cela ne se fait pas sans efforts. Nous sommes en revanche très attachés au contrôle de performance mensuel (lait, taux et cellules). Et, nous avons commencé à génotyper les génisses du troupeau (95 Prim’Holstein à 9000 kg) l’hiver dernier. Notre but est d’optimiser les accouplements et de mieux trier les génisses grâce à leurs index génomiques. Notre taux de renouvellement est trop élevé. Il est proche de 50 % depuis quatre à cinq ans, en raison d’un nombre important de naissances de femelles. Grâce au génotypage, nous pouvons sélectionner celles qui resteront dans l’élevage. Les autres seront, si possible, vendues à l’export.

Yannick Allard, en Gaec en Loire-Atlantique

 

 

 

Oui Nous avons commencé cette année pour nous simplifier le travail tout en assurant la qualité de notre lait (référence de 795 000 l de lait bio). Lorsque nous faisions des contrôles classiques toutes les six semaines, il fallait être trois à la traite. C’était une grosse contrainte. Avec Génocellules, il suffit de prendre un échantillon de lait de tank et de l’envoyer au laboratoire par courrier. Nous avons pris la formule avec 12 analyses de tank par an. Nous avons les résultats quatre jours après. Nous avons génotypé l’ensemble du troupeau (120 vaches et les génisses de renouvellement). Cette étape est nécessaire pour repérer les vaches à cellules dans l’échantillon de lait de tank. Pour la première année, le génotypage de 110 vaches couplé aux 12 analyses nous a coûté 3652 euros. Désormais, nous ne génotypons que les génisses gardées pour le renouvellement (25 à 30 par an). Nos vaches étant issues de croisement, nous ne pouvons pas valoriser le levier génétique du génotypage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
L'accord n'est pas contraignant pour l'OP : depuis deux ans, le volume global de l'OPLGO affiche une sous-réalisation de la référence de 4 %.
Lactalis teste le volume collectif avec l'OPLGO
L'accord conclu entre l'Organisation de producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) et Lactalis montre l'évolution du transformateur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière