Aller au contenu principal

Campagne laitière 2008-2009
Remboursement de fin de campagne garanti à 2 %

En 2008-2009, vous pourrez produire au moins 102 % de votre quota sans pénalités.

Après avoir connu une campagne 2007-2008 totalement atypique en termes de gestion des quotas, le retour à la normale pour la campagne 2008-2009 s’est notamment matérialisé par une gestion des allocations provisoires plus « resserrée ». Alors que la production laitière française se montre extrêmement dynamique (presque 4 % supplémentaires ont été enregistrés au mois de juillet 2008), comment gérer la campagne 2008-2009? En première analyse, la conjoncture économique appellerait à la plus grande prudence (voir ci-dessous). Quant à la consommation des produits de grande consommation, elle est en retrait de 2,2 % en volume à la mi-juin 2008 selon le panel Iri Secodip.

Dans ces conditions, que faire pour donner une certaine prédictibilité aux producteurs en matière de gestion de campagne ? Les éleveurs sont par ailleurs confrontés à une hausse massive de leurs coûts de production. La question de produire ou pas leur quota se pose avec d’autant plus d’acuité que cette référence administrative n’a que peu de lien avec le marché. Or la plupart d’entre eux ont conservé un cheptel important qui donne à la France la capacité de dépasser sa référence, dans un contexte de hausse du quota national de plus de 670000 tonnes. Malgré le nombre d’inconnues et la volatilité accrue des marchés, le ministère de l’Agriculture a voulu donner un signal aux producteurs en annonçant cet été deux mesures de remboursement dans le cadre de la gestion de fin de campagne 2008-2009.

La première mesure consiste en la reconduction du dispositif « petit producteur », c’est-à-dire la possibilité de remboursement de 10 000 litres cumulable avec les allocations provisoires de fin de campagne pour les producteurs disposant d’un quota inférieur à 140 000 litres. La FNPL pour sa part, a exprimé le souhait de pouvoir discuter à l’Office de l’élevage de la mise à jour du seuil de 140 000 litres pour tenir compte de la hausse moyenne de 2,5 % des quotas sur la campagne 2008- 2009.

RECONDUCTION DU DISPOSITIF « PETIT PRODUCTEUR »

La seconde mesure consiste à garantir à l’ensemble des producteurs un remboursement de fin de campagne de 2 %. Dans la pratique, cela signifie qu’un producteur pourra produire au moins 102 % de son quota sans pénalité. C’est désormais chose faite ! Il ne reste désormais plus qu’aux industriels de proposer un prix du lait qui permettent aux éleveurs de s’y retrouver, faute de quoi, on peut parier que la campagne 2008-2009 pourrait être celle de plusieurs records: celle de la plus forte hausse des coûts de production, celle du plus fort taux d’abandon de la production laitière, et celle de la production la plus dynamique en France depuis plus de dix ans !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière