Aller au contenu principal

Campagne laitière 2008-2009
Remboursement de fin de campagne garanti à 2 %

En 2008-2009, vous pourrez produire au moins 102 % de votre quota sans pénalités.

Après avoir connu une campagne 2007-2008 totalement atypique en termes de gestion des quotas, le retour à la normale pour la campagne 2008-2009 s’est notamment matérialisé par une gestion des allocations provisoires plus « resserrée ». Alors que la production laitière française se montre extrêmement dynamique (presque 4 % supplémentaires ont été enregistrés au mois de juillet 2008), comment gérer la campagne 2008-2009? En première analyse, la conjoncture économique appellerait à la plus grande prudence (voir ci-dessous). Quant à la consommation des produits de grande consommation, elle est en retrait de 2,2 % en volume à la mi-juin 2008 selon le panel Iri Secodip.

Dans ces conditions, que faire pour donner une certaine prédictibilité aux producteurs en matière de gestion de campagne ? Les éleveurs sont par ailleurs confrontés à une hausse massive de leurs coûts de production. La question de produire ou pas leur quota se pose avec d’autant plus d’acuité que cette référence administrative n’a que peu de lien avec le marché. Or la plupart d’entre eux ont conservé un cheptel important qui donne à la France la capacité de dépasser sa référence, dans un contexte de hausse du quota national de plus de 670000 tonnes. Malgré le nombre d’inconnues et la volatilité accrue des marchés, le ministère de l’Agriculture a voulu donner un signal aux producteurs en annonçant cet été deux mesures de remboursement dans le cadre de la gestion de fin de campagne 2008-2009.

La première mesure consiste en la reconduction du dispositif « petit producteur », c’est-à-dire la possibilité de remboursement de 10 000 litres cumulable avec les allocations provisoires de fin de campagne pour les producteurs disposant d’un quota inférieur à 140 000 litres. La FNPL pour sa part, a exprimé le souhait de pouvoir discuter à l’Office de l’élevage de la mise à jour du seuil de 140 000 litres pour tenir compte de la hausse moyenne de 2,5 % des quotas sur la campagne 2008- 2009.

RECONDUCTION DU DISPOSITIF « PETIT PRODUCTEUR »

La seconde mesure consiste à garantir à l’ensemble des producteurs un remboursement de fin de campagne de 2 %. Dans la pratique, cela signifie qu’un producteur pourra produire au moins 102 % de son quota sans pénalité. C’est désormais chose faite ! Il ne reste désormais plus qu’aux industriels de proposer un prix du lait qui permettent aux éleveurs de s’y retrouver, faute de quoi, on peut parier que la campagne 2008-2009 pourrait être celle de plusieurs records: celle de la plus forte hausse des coûts de production, celle du plus fort taux d’abandon de la production laitière, et celle de la production la plus dynamique en France depuis plus de dix ans !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière