Aller au contenu principal

Réforme de la PAC : quelles adaptations allez-vous mettre en œuvre ?

Un changement d’assolement, un engagement en MAEC… Qu’allez-vous modifier dans votre exploitation laitière pour vous adapter à la nouvelle PAC ?

Réforme de la PAC : quelles adaptations allez-vous mettre en œuvre ?
© V.Marmuse - Archives
 

François Renoux, éleveur dans les Deux-Sèvres

Oui et non

 

 
François Renoux, éleveur dans les Deux-Sèvres © F. Renoux
Pour ce qui est de l’écorégime et de la conditionnalité, mon conseiller m’a indiqué que mon assolement (16 ha de maïs fourrage, 10 ha de céréales et 50 ha d’herbe) et le fait qu’il y ait beaucoup de bosquets, haies et mares, font qu’il n’y a pas d’adaptation à réaliser. Par contre, j’ai décidé de ne pas reprendre de MAEC. J’en avais souscrit deux sur 2016-2021. Je ne le regrette pas, cela a sécurisé l’exploitation avec un apport de 8 000 € par an dans la période de crise de l’après-quotas. Mais aujourd’hui, maintenir des prairies de plus de cinq ans sans amendement organique entraîne trop de contraintes. Les cultures revenaient trop vite sur les mêmes parcelles. De plus, avec le changement climatique, il faut pouvoir saisir des opportunités, pour restaurer une prairie dégradée, faire une dérobée… Sans ces MAEC, je suis libre de remettre 8 ha de prairies dans la rotation et de varier les cultures (maïs, sorgho, céréales, colza fourrager…) sans contraintes. J’ai plus de souplesse.

 

Jérôme Perrot, en Gaec en Côte-d’Or

Non, sauf…

 

 
Jérôme Perrot, en Gaec en Côte-d'Or © Gaec Perrot
Après simulation, nous n’avons pas de changement à réaliser pour notre assolement. Le Gaec compte 418 ha de SAU avec 290 ha de prairies permanentes (100 vaches laitières, 140 charolaises, 120 brebis et leur suite). La sole cultivée est diversifiée avec des prairies temporaires, de l’orge d’hiver, du blé, du triticale, du maïs fourrage, du méteil. Il faudra juste que nous semions des couverts hivernaux à partir de 2023 (des mélanges fourragers) sur les parcelles où nous faisons de la monoculture de maïs, pour être dans les clous de la conditionnalité. Jusqu’à cette année encore, nous laissions les chaumes uniquement. Nous essayerons aussi de faire tourner une autre culture sur ces parcelles. Enfin, comme nous avons plus d’herbe qu’il y a cinq ans, nous regarderons si nous entrons facilement dans une MAEC.

 

Aymeric Dubost, en Gaec dans la Manche

Oui

 

 
Aymeric Dubost, en Gaec dans la Manche © A. Dubost
Suite à une simulation, je vais devoir cultiver 5 ha de trèfle violet ou de luzerne à la place de 5 ha de maïs, uniquement pour ne pas perdre l’équivalent de mon paiement vert. Notre système est calé avec beaucoup de maïs car en plus des vaches laitières, nous engraissons des taurillons et amenons du maïs à notre méthaniseur. Sur 225 ha de SAU, 75 à 80 % est occupé par du maïs. Avec l’ancienne PAC, nous perdions déjà un peu de paiement vert, mais là la perte aurait été bien plus élevée si nous n’adaptions pas l’assolement. Même si nous produirons un fourrage riche en protéine avec ces 5 ha, la ration de base sera déconcentrée. Si nous voulons rester à plus de 10 000 kg de lait par vache, il faudra mettre davantage de concentrés. Le seul intérêt que je vois à cette contrainte est que, comme nous ne traiterons pas le trèfle violet, nous n’amènerons plus le pulvé sur ces parcelles qui sont à proximité d’habitations. Pour répondre à la conditionnalité - diversité de l’assolement et rotation des cultures - il faudra que nous fassions des couverts à partir de 2023. Cela demandera plus de travail et de consommation de carburant.

 

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière