Aller au contenu principal
Font Size

Sursemis
Redonner du «peps» aux prairies

Les conditions sèches du printemps ont dégradé des prairies. L’été est la bonne époque pour les sursemer sans détruire le couvert prairial en place.

TOUT EN INSTALLANT LA NOUVELLE FLORE, il faut continuer d’exploiter
la parcelle pour maintenir un accès à la lumière au jeune semis.
TOUT EN INSTALLANT LA NOUVELLE FLORE, il faut continuer d’exploiter
la parcelle pour maintenir un accès à la lumière au jeune semis.
© B. Osson

Certaines prairies ont souffert au printemps dernier, suite à la disparition d’espèces sensibles à la sécheresse ou au surpâturage. « On ne s’en rend pas forcément compte au premier coup d’oeil car les prairies sont redevenues verdoyantes avec la pluie tombée cet été, indique Bruno Osson, du Gnis. Pourtant, énormément de pâturins communs ont poussé. Ils donnent l’allure de jeunes semis appétants mais n’offrent pas de réel intérêt pour les éleveurs. » C’est une espèce de fond prairial classique qui s’installe dès lors qu’un vide apparaît. Et même si elles présentent une bonne valeur alimentaire, ces plantes se caractérisent par un enracinement superficiel, qui les rend sensible à la sécheresse et à l’arrachement.

Favoriser l’accès à la lumière dès que la graine a germé

C’est le bon moment pour le sursemis car la végétation en place pousse moins vite et se montre moins concurrentielle qu’au printemps pour les jeunes plantules. La terre est chaude et les pluies suffisent à la germination des semences. « La période est d’autant plus propice cette année que les prairies ont pris un coup dans l’aile au printemps, estime le technicien. Une flore à bout de souffle facilite le sursemis. Sans compter qu’à l’emplacement où les plantes sont mortes, les vers de terre ont commencé le travail d’ameublissement du sol. » Même si les meilleurs résultats sont obtenus avec du matériel de sursemis spécialisé, il est possible de le remplacer par du matériel présent sur l’exploitation.

« Le choix du matériel ne conditionne pas la réussite du sursemis », rassure Bruno Osson, en rappelant que « les principales causes d’échec proviennent avant tout d’un mauvais positionnement des graines ou d’un accès à la lumière insuffisant ». Il faut commencer par un pâturage ras de la parcelle à moins de 5 cm, puis ouvrir le sol avec une herse à dents rigides ou étrilles. « Ce hersage détermine la profondeur du semis, il est donc important de bien régler l’agressivité. » Le recours au semoir à céréales est un bon moyen d’obtenir une répartition des graines régulière et un bon dosage. La graine doit venir se loger au bon endroit: dans la matière minérale et pas dans le feutrage. « N’hésitez pas descendre de tracteur pour vérifier le bon positionnement. »

Le semoir à céréales fait très bien l’affaire

Il est indispensable ensuite de bien rappuyer le sol pour ancrer la graine et assurer sa germination. « Prévoyez un passage des animaux, souvent plus efficace, ou le passage d’un rouleau cambridge, cultipacker ou croskillette. » Reste à vérifier enfin que le semis lève et que l’ancienne flore ne se développe pas trop. « Les graines de céréales n’ont pas de réserve d’énergie. La première feuille qui sort est pour la graminée sa seule chance de se développer ! » Un coup de broyeur un mois après le sursemis est nécessaire ou un passage des vaches sur la parcelle.

Les cinq points clés pour réussir son sursemis

Intervenir sur une végétation rase et un sol ouvert

Choisir des espèces à installation rapide

Semer dans des conditions optimum de germination

Semer le plus en surface possible et recouvrir les semences de terre

Bien rappuyer le sol après le semis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière