Aller au contenu principal

[Réchauffement climatique] Les questions à se poser avant d’acheter des ventilateurs

Bien évaluer l’impact du stress thermique dans son élevage et optimiser la ventilation naturelle du bâtiment est la meilleure façon de raisonner ses investissements à bon escient.

Le confort des logettes, la qualité de l’abreuvement et de la ration… permettent aux animaux de mieux résister au stress thermique. © F. Mechekour
Le confort des logettes, la qualité de l’abreuvement et de la ration… permettent aux animaux de mieux résister au stress thermique.
© F. Mechekour

« Une des premières questions à se poser pour évaluer l’ampleur du stress thermique est : pendant combien de jours la température reste au-dessus de 22 °C y compris la nuit ? », indique Bertrand Fagoo, de l’Institut de l’élevage. Si la situation est jugée suffisamment critique sur le plan météo, il faudra réfléchir à ce qu'il est possible d’améliorer notamment du côté de la ventilation naturelle du bâtiment et du rayonnement direct et indirect du soleil avant d’acheter des ventilateurs mécaniques.

La conduite d’élevage a également son importance. « Des troupeaux en moins bonne forme avant une vague de chaleur vont souffrir davantage. Il convient donc d’abord d’améliorer leur état de forme avant l’investissement dans du matériel, au risque d’être déçu. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière