Aller au contenu principal

Ré-évaluons la productivité des systèmes herbe

Les rendements de l'ensilage d'herbe sont généralement inférieurs à ceux de l'ensilage maïs.
Les rendements de l'ensilage d'herbe sont généralement inférieurs à ceux de l'ensilage maïs.
© B. Griffoul

Ce n’est pas un scoop : les rendements de l’ensilage de maïs sont généralement supérieurs à ceux des prairies. « Toutefois, cette vision de la productivité est partielle », a exposé Jean-Louis Peyraud, de l’Inra de St Gilles (35), lors des journées de l’Association française pour la production fourragère (AFPF), qui se sont tenues les 25 et 26 mars derniers. « Elle occulte le fait que l’herbe est un fourrage dont la composition est bien équilibrée (100 PDIE/UFL en vert et 80 à 85 PDIE/UFL pour l’ensilage), alors que le maïs (65 PDI/UFL et 40 g PDIN/UFL) nécessite toujours une complémentation azotée pour équilibrer les rations. »

Pour analyser plus précisément ces effets, l’Inra a effectué une simulation chiffrée sur une ferme laitière (75 ha de SAU, 400 000 litres de quota) tantôt avec un système basé sur l’ensilage de maïs, tantôt avec un système herbager. Le système à base de maïs nécessite plus de correcteur azoté pour nourrir les vaches laitières (57 t/an) et les génisses (20 t/an) par rapport au système herbager (9 t pour les génisses). « Ceci correspond, pour un rendement des surfaces au Brésil de deux tonnes de tourteau de soja par hectare, à une importation virtuelle de surfaces beaucoup plus importante. Finalement, la productivité des surfaces réellement mobilisées pour nourrir le troupeau et produire le lait est peu différente entre les deux systèmes, voire même en faveur du système fourrager », conclut le chercheur. Et de poursuivre : « l’évaluation de la productivité des systèmes est donc toute relative. Dans la perspective de développement durable à l’échelle mondiale, la productivité par unité de surface totale mobilisée apparaît comme un critère essentiel ». À méditer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière