Aller au contenu principal
Font Size

Race Pie Rouge : une douzaine de nouveaux taureaux par an

Plus de 10 000 Pie Rouge étaient inscrites au contrôle laitier en 2013.
Plus de 10 000 Pie Rouge étaient inscrites au contrôle laitier en 2013.
© France Pie rouge

Plus de 10 000 Pie Rouge étaient inscrites au contrôle laitier en 2013. Leur niveau de production moyen était de 7673 kg de lait brut à 42,6 de TB et 33 de TP en 332 jours.
Le nombre d’inséminations totales (35 580 IAT) a progressé de 2,8 % en 2013. « La moitié des inséminations ont été réalisées sur des Holstein », précise Jean-Yves Dréau, directeur de la filière Pie Rouge d’Évolution. « La race bénéficie de la génomique via la population de référence de taureaux Holstein du consortium européen EuroGenomics(1). » Les index calculés sur la base Holstein sont ensuite convertis en index Pie Rouge. « Ce système nous permet de génotyper 110 taureaux par an alors qu’avant nous ne testions que six taureaux sur descendance par an. » Le niveau du changement de base mobile de février 2014 (- 3,5 points d’ISU) montre qu’« avec seulement 10 000 vaches contrôlées, l’évolution du progrès génétique en Pie Rouge a été équivalent à celui des races Montbéliarde et Normande dont l’effectif contrôlé est respectivement supérieur à 420 000 et 225 000 vaches ».


Un programme commun avec la Pologne


Évolution mène un programme commun avec un centre d’insémination polonais. Et au final une douzaine de nouveaux jeunes taureaux complètent le catalogue chaque année. Ce dernier comprend également cinq ou six taureaux confirmés. « Les premiers taureaux génotypés (génération « D ») ont conservé le même profil avec l’acquisition de filles dans leurs index », précise Jean-Yves Dréau. Parmi eux, Dolmen (Spencer, 126 d’ISU) sera sûrement remis en service lors de la prochaine campagne. Indexé à 864 kg de lait, mais avec des taux négatifs (- 1,4 en TP et - 4,3 en TB), Dolmen améliore la morphologie générale (112), les mamelles (116) et la résistance aux mammites (STMA = + 0,6). Le renouvellement de la gamme se fera en juillet.


(1) Huit pays européens et 22 000 taureaux

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière