Aller au contenu principal

Organisations de producteurs
Quelle massification pour les OP?

Après l’agrément des OP, qui se fait au compte-gouttes, l’étape suivante est la création d’associations d’OP. Le débat entre « verticalité » (une même entreprise) et « horizontalité » (un même territoire) est lancé, mais est-ce le bon débat ?

© J. Chabanne

Les premières OP sont agréées. Elles sont de deux natures : verticales ou horizontales. Elles sont autant de cas particuliers, fruits d’une maturation et d’une histoire différente. La question d’une politique donnant de la cohérence à l’ensemble se pose aujourd’hui. Si les OP sont les acteurs incontournables de la négociation du contrat vis-à-vis des acheteurs, une forme de coordination entre celles-ci est cependant nécessaire.

La création d’AOP (Associations d’OP) sera donc une nouvelle étape qu’il est nécessaire de réussir.


Organisation économique des producteurs : négocier avec l’acheteur


Selon la réglementation nationale, une OP ne peut adhérer qu’à une seule AOP, car elle lui transfère tout ou partie de ses missions. Le débat est alors lancé sur l’option la plus pertinente entre des AOP regroupant l’ensemble des OP livrant à une même entreprise, quelle que soit leur implantation géographique, ou des AOP « de bassin », regroupant les OP sur un même territoire, quelle que soit l’entreprise à laquelle elles livrent.

Le choix entre « verticalité » (une même entreprise) ou horizontalité (un même territoire) est un débat pour l’avenir.


La plupart des OP reconnues à ce jour se sont constituées plus naturellement dans le cadre d’une seule entreprise. Une écrasante majorité des éleveurs livrant au privé se concentre en effet dans une poignée d’entreprises nationales (Lactalis, Bongrain, Danone, Bel). On comprend alors les réflexions que les OP actuelles, au moins pour les deux principales entreprises, se tournent davantage vers une AOP « verticale » pour négocier collectivement et unanimement les principaux termes du contrat que sont la définition du prix et des volumes.


Conférence de bassin : mettre tout le monde autour de la table


Pourtant, à l’instar du système des quotas, les éleveurs ressentent également le besoin de pouvoir définir une politique professionnelle (l’installation par exemple) dans un cadre régional adapté aux exploitations des différents bassins laitiers. D’où les souhaits exprimés par certaines organisations d’OP ou d’AOP transversales à l’échelon d’un bassin homogène de production.


Mais cette mission qui consiste à établir ensemble, entre producteurs d’une même zone, le cadre d’une politique de bassin, relève-t-elle d’un agrément en OP ou AOP? D’autant qu’elle nécessite de mettre autour de la table toutes les tendances représentatives des éleveurs, qu’elles soient OP, coopératives ou encore syndicales, voire certains organismes de développement. La structuration en OP ou AOP n’est en effet pas compatible réglementairement avec cet objectif.

On pense immédiatement à la Conférence de bassin, présidée par la puissance publique, dans laquelle les OP de la région pourraient être également membres, soit directement, soit par une structure fédérative. Cette organisation viendrait en complément des interprofessions. Par définition, les missions des interprofessions sont recentrées sous l’impulsion du Paquet lait. Une de leur prérogative : la connaissance et la transparence du marché, la promotion de la qualité. Mais pas le marché!


Syndicalisme : défendre une vision politique à l’échelle du territoire


Cette structuration en OP/AOP des producteurs de lait aussi pertinente et efficace soit-elle est nécessaire mais pas suffisante. Le syndicalisme a pour ambition de défendre une vision de la production laitière ; ce n’est pas le rôle des organisations économiques qu’elles soient verticales ou horizontales. En France, depuis plusieurs décennies, une politique professionnelle partagée a eu l’ambition de maintenir des éleveurs laitiers sur tout le territoire. Cette volonté a été confortée par des politiques publiques permettant l’occupation de territoires difficiles.

La logique économique a des exigences et des contraintes que seule la politique peut contourner voire modifier. La contractualisation et l’organisation économique des producteurs de lait n’échappent pas à cette règle.

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

récolte de sainfoin
Le sainfoin, une légumineuse fourragère pas comme les autres

Cousin de la luzerne, le sainfoin est une légumineuse non météorisante qui aime les sols calcaires et séchants. Riche en…

concours inter race Space 2023
Concours vaches laitières : une nouvelle catégorie fait son apparition pour toutes les races

Pour les organismes de sélection français, il s’agit avant tout d’intéresser le grand public au concours de génétique bovine…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière