Aller au contenu principal

Organisations de producteurs
Quelle massification pour les OP?

Après l’agrément des OP, qui se fait au compte-gouttes, l’étape suivante est la création d’associations d’OP. Le débat entre « verticalité » (une même entreprise) et « horizontalité » (un même territoire) est lancé, mais est-ce le bon débat ?

© J. Chabanne

Les premières OP sont agréées. Elles sont de deux natures : verticales ou horizontales. Elles sont autant de cas particuliers, fruits d’une maturation et d’une histoire différente. La question d’une politique donnant de la cohérence à l’ensemble se pose aujourd’hui. Si les OP sont les acteurs incontournables de la négociation du contrat vis-à-vis des acheteurs, une forme de coordination entre celles-ci est cependant nécessaire.

La création d’AOP (Associations d’OP) sera donc une nouvelle étape qu’il est nécessaire de réussir.


Organisation économique des producteurs : négocier avec l’acheteur


Selon la réglementation nationale, une OP ne peut adhérer qu’à une seule AOP, car elle lui transfère tout ou partie de ses missions. Le débat est alors lancé sur l’option la plus pertinente entre des AOP regroupant l’ensemble des OP livrant à une même entreprise, quelle que soit leur implantation géographique, ou des AOP « de bassin », regroupant les OP sur un même territoire, quelle que soit l’entreprise à laquelle elles livrent.

Le choix entre « verticalité » (une même entreprise) ou horizontalité (un même territoire) est un débat pour l’avenir.


La plupart des OP reconnues à ce jour se sont constituées plus naturellement dans le cadre d’une seule entreprise. Une écrasante majorité des éleveurs livrant au privé se concentre en effet dans une poignée d’entreprises nationales (Lactalis, Bongrain, Danone, Bel). On comprend alors les réflexions que les OP actuelles, au moins pour les deux principales entreprises, se tournent davantage vers une AOP « verticale » pour négocier collectivement et unanimement les principaux termes du contrat que sont la définition du prix et des volumes.


Conférence de bassin : mettre tout le monde autour de la table


Pourtant, à l’instar du système des quotas, les éleveurs ressentent également le besoin de pouvoir définir une politique professionnelle (l’installation par exemple) dans un cadre régional adapté aux exploitations des différents bassins laitiers. D’où les souhaits exprimés par certaines organisations d’OP ou d’AOP transversales à l’échelon d’un bassin homogène de production.


Mais cette mission qui consiste à établir ensemble, entre producteurs d’une même zone, le cadre d’une politique de bassin, relève-t-elle d’un agrément en OP ou AOP? D’autant qu’elle nécessite de mettre autour de la table toutes les tendances représentatives des éleveurs, qu’elles soient OP, coopératives ou encore syndicales, voire certains organismes de développement. La structuration en OP ou AOP n’est en effet pas compatible réglementairement avec cet objectif.

On pense immédiatement à la Conférence de bassin, présidée par la puissance publique, dans laquelle les OP de la région pourraient être également membres, soit directement, soit par une structure fédérative. Cette organisation viendrait en complément des interprofessions. Par définition, les missions des interprofessions sont recentrées sous l’impulsion du Paquet lait. Une de leur prérogative : la connaissance et la transparence du marché, la promotion de la qualité. Mais pas le marché!


Syndicalisme : défendre une vision politique à l’échelle du territoire


Cette structuration en OP/AOP des producteurs de lait aussi pertinente et efficace soit-elle est nécessaire mais pas suffisante. Le syndicalisme a pour ambition de défendre une vision de la production laitière ; ce n’est pas le rôle des organisations économiques qu’elles soient verticales ou horizontales. En France, depuis plusieurs décennies, une politique professionnelle partagée a eu l’ambition de maintenir des éleveurs laitiers sur tout le territoire. Cette volonté a été confortée par des politiques publiques permettant l’occupation de territoires difficiles.

La logique économique a des exigences et des contraintes que seule la politique peut contourner voire modifier. La contractualisation et l’organisation économique des producteurs de lait n’échappent pas à cette règle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière