Aller au contenu principal

Quelle dérobée peut remplacer le ray-grass d’Italie?

Le forum-débat de la journée MécaSol organisée par le réseau Cuma à Saint-Denis-la-Chevasse en Vendée a exposé des pistes de substitution au RGI dans une rotation blé-maïs.

L’INTRODUCTION DE LÉGUMINEUSES
en interculture fait économiser
de l’azote pour le maïs suivant.
L’INTRODUCTION DE LÉGUMINEUSES
en interculture fait économiser
de l’azote pour le maïs suivant.
© Jouffray-Drillaud

L’assolement blé-ray-grass d’Italiemaïs se rencontre fréquemment en exploitation laitière pour intensifier la production fourragère. Mais si le raygrass d’Italie présente des avantages évidents liés à sa facilité d’implantation, au faible coût de la semence et à la maîtrise de sa chaîne de récolte, il comporte aussi de gros inconvénients. Il s’avère gourmand en azote et assèche le sol pour le maïs qui suit. De plus, une fois récolté, il est difficile de se passer d’un labour. « Deux solutions s’offrent aux éleveurs, propose Sébastien Rousseau de la chambre d’agriculture de Vendée, qui suit depuis 2000 le développement des couverts obligatoires en zone sensible. Des associations à base de trèfle incarnat ou des mélanges de graminées et protéagineux type méteils. »


Plus d’autonomie protéique et moins d’intrants


Le trèfle incarnat peut s’associer au raygrass italien, à l’avoine d’hiver, au seigle, au triticale… Ces associations engendrent une réduction de la fertilisation azotée (30 à 50 unités/ha), une bonne structure de sol (plus particulièrement l’association avoine-trèfle incarnat), tout en assurant un rendement correct (4 tMS/ha). Cela dit, les semis après le 15 septembre sont à éviter, le trèfle incarnat risquant de manquer de compétitivité par rapport à la graminée. Autre point important : un préfanage de trois jours est nécessaire. « Ces associations dégagent un rendement intéressant par rapport à un RGI seul ainsi que de meilleures valeurs PDI: autour de 70 en PDIE D pour le seigle-trèfle incarnat contre 58 en RGI, et 80 en PDIN contre 65, et ce pour une valeur UFL quasiment identique. »


En dérobée avant maïs, les méteils associant graminées et protéagineux assurent des rendements de 5 à 7 tMS par hectare et s’avèrent aussi un bon moyen de valoriser les apports organiques de l’automne. Par contre, la complexité des mélanges peut apparaître comme un frein. Et attention au risque de verse pour les mélanges contenant de la vesce.


Michel Lucas, installé à Saint-Martindes- Tilleuls en Vendée, cultive des méteils à base de céréales et protéagineux selon deux schémas. Soit une récolte tardive, avec les grains formés, mais en semant derrière une dérobée à cycle court. Soit une récolte précoce comme avec une fourragère, avec semis direct de maïs ensuite. « Le RGI en dérobée avant maïs se révèle trop pénalisant dans des sols séchants. C’est une véritable pompe à azote et à eau, témoigne l’éleveur. J’ai déjà pu comparer son impact sur des microparcelles en essai sur l’exploitation. Il n’y a pas photo: quand le maïs semé après un méteil atteint la hauteur des genoux, celui semé après un RGI arrive seulement aux chevilles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière