Aller au contenu principal

Quelle dérobée peut remplacer le ray-grass d’Italie?

Le forum-débat de la journée MécaSol organisée par le réseau Cuma à Saint-Denis-la-Chevasse en Vendée a exposé des pistes de substitution au RGI dans une rotation blé-maïs.

L’INTRODUCTION DE LÉGUMINEUSES
en interculture fait économiser
de l’azote pour le maïs suivant.
L’INTRODUCTION DE LÉGUMINEUSES
en interculture fait économiser
de l’azote pour le maïs suivant.
© Jouffray-Drillaud

L’assolement blé-ray-grass d’Italiemaïs se rencontre fréquemment en exploitation laitière pour intensifier la production fourragère. Mais si le raygrass d’Italie présente des avantages évidents liés à sa facilité d’implantation, au faible coût de la semence et à la maîtrise de sa chaîne de récolte, il comporte aussi de gros inconvénients. Il s’avère gourmand en azote et assèche le sol pour le maïs qui suit. De plus, une fois récolté, il est difficile de se passer d’un labour. « Deux solutions s’offrent aux éleveurs, propose Sébastien Rousseau de la chambre d’agriculture de Vendée, qui suit depuis 2000 le développement des couverts obligatoires en zone sensible. Des associations à base de trèfle incarnat ou des mélanges de graminées et protéagineux type méteils. »


Plus d’autonomie protéique et moins d’intrants


Le trèfle incarnat peut s’associer au raygrass italien, à l’avoine d’hiver, au seigle, au triticale… Ces associations engendrent une réduction de la fertilisation azotée (30 à 50 unités/ha), une bonne structure de sol (plus particulièrement l’association avoine-trèfle incarnat), tout en assurant un rendement correct (4 tMS/ha). Cela dit, les semis après le 15 septembre sont à éviter, le trèfle incarnat risquant de manquer de compétitivité par rapport à la graminée. Autre point important : un préfanage de trois jours est nécessaire. « Ces associations dégagent un rendement intéressant par rapport à un RGI seul ainsi que de meilleures valeurs PDI: autour de 70 en PDIE D pour le seigle-trèfle incarnat contre 58 en RGI, et 80 en PDIN contre 65, et ce pour une valeur UFL quasiment identique. »


En dérobée avant maïs, les méteils associant graminées et protéagineux assurent des rendements de 5 à 7 tMS par hectare et s’avèrent aussi un bon moyen de valoriser les apports organiques de l’automne. Par contre, la complexité des mélanges peut apparaître comme un frein. Et attention au risque de verse pour les mélanges contenant de la vesce.


Michel Lucas, installé à Saint-Martindes- Tilleuls en Vendée, cultive des méteils à base de céréales et protéagineux selon deux schémas. Soit une récolte tardive, avec les grains formés, mais en semant derrière une dérobée à cycle court. Soit une récolte précoce comme avec une fourragère, avec semis direct de maïs ensuite. « Le RGI en dérobée avant maïs se révèle trop pénalisant dans des sols séchants. C’est une véritable pompe à azote et à eau, témoigne l’éleveur. J’ai déjà pu comparer son impact sur des microparcelles en essai sur l’exploitation. Il n’y a pas photo: quand le maïs semé après un méteil atteint la hauteur des genoux, celui semé après un RGI arrive seulement aux chevilles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière