Aller au contenu principal

Quel profil pour votre salarié ?

Bien faire fonctionner le duo employeur-salarié… Pas si simple ! Définir précisément ses besoins et le profil du salarié est le point de départ.

© F. Théry
La problématique travail est croissante en élevage laitier. Mais l’avenir de l’élevage passera-t-il par le salariat ? Ou les éleveurs préféreront-ils l’automatisation et l’externalisation des tâches ? 
Le salariat n’est pas une solution facile. Elle a un coût. Mais nous verrons que si on intègre l’ensemble coût et bénéfice, la charge n’est pas si élevée. Parfois, la recherche du salarié se heurte à la difficulté de trouver des personnes compétentes. Enfin, chercher un salarié et travailler avec lui est une aventure humaine qui peut faire peur. 
Les conseillers que nous avons contactés soulignent le fait que beaucoup d’éleveurs ont du mal à définir leurs besoins et le profil du salarié qu’il leur faudrait… D’où des échecs. «Quand il faut répondre à la question « Qu’est-ce que j’attends de mon salarié ? », les éleveurs décrivent souvent le mouton à cinq pattes. C’est révélateur de la difficulté qu’ils ont à définir le poste », décrivent les conseillers emploi. 
Le bon profil n'est pas le mouton à 5 pattes
Le management pose aussi problème. « On rencontre souvent des relations éleveur-salarié conflictuelles ou des échecs liés à des non-dits. L’employeur doit être clair sur ses objectifs, dire ce qui va, ce qui ne va pas… » 
Comme dans les sociétés agricoles, les relations humaines sont cruciales pour la réussite du couple employeur salarié. « Avoir un salarié, c’est être employeur, manager, et parfois formateur… un vrai métier », conclut Benoît Rubin, de l’Institut de l’élevage. 
Pour aider les éleveurs à réussir l’embauche et à évaluer son coût, l’Institut de l’élevage a édité une brochure « Embaucher un salarié en élevage ». Le document présente différents profils de salariés, pour aider les employeurs à définir le poste qu’ils recherchent: ouvrier d’élevage, ouvrier polyvalent, responsable de troupeau, assistant administratif, et responsable polyvalent. 
Nous vous proposons quatre reportages, pour quatre profils différents, pour vous faire profiter de l’expérience de ces éleveurs employeurs. ■

Sommaire du dossier

Page 38 Des objectifs de l’exploitant au profil du salarié

Avant de diffuser une offre d’emploi

Page 42 Être employeur, c’est un vrai métier !

Conseils de management

Page 46 «J’ai embauché Mickaël pour me seconder sur le troupeau laitier»

L’ouvrier d’élevage

Page 50 «Nous avons besoin de salariés rigoureux»

L’ouvrier polyvalent

Page 54 «Agnès nous épargne plein de petits tracas»

L’assistant administratif

Page 56 «J’ai choisi de responsabiliser et de former mes salariés»

Le responsable de troupeau

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière