Aller au contenu principal

Quel est le surcoût généré par un robot d'alimentation?

Dans l'exemple retenu par la chambre d'agriculture de Normandie, le robot permet de gagner 400 heures par an mais génère un surcoût d'environ 6 100 euros/an.

Les automates de distribution de rations attirent malgré la crise. Pour preuve les 130 visiteurs qui se sont déplacés lors de deux portes-ouvertes organisées dans la Manche. Une approche économique de cet équipement a été présentée par Christain Savary de la chambre d'agriculture de Normandie. "La rentabilité d'un tel choix doit être raisonnée au niveau de chaque exploitation. La réduction de la main-d'œuvre ou la nécessité de remplacer du matériel de distribution sont des occasions d'étudier cette solution. Mais le gain sur le temps de travail ne doit pas masquer la lourdeur des investissements à amortir sur 7 à 12 ans ", souligne-t-il. Une solution alternative est la délégation de la distribution à une mélangeuse automotrice en Cuma avec chauffeur.

L'exemple retenu pour le calcul est celui d'une exploitation produisant 850 000 litres de lait, 70 taurillons et 70 vaches allaitantes. L'investissement atteint 202 000 euros dont 172 000 euros pour les matériels (automate, désile-cubes) et 30 000 euros pour la cuisine et les aménagements. Le calcul comprend trois étapes:

1- Les charges fixes. Elles comprennent l'amortissement des équipements (sur 7 à 12 ans) et les frais financiers. Ils ont été estimés à 2,5% sur un emprunt couvrant 90% de l'investissement, la revente de l'ancien matériel permettant souvent d'autofinancer de 5 à 15% de l'investissement.

2- Les charges variables. Elles intègrent les coûts de traction, le carburant, l'électricité et l'entretien, et sont proportionnelles à l'utilisation des équipements. Il convient de bien évaluer les quantités d'aliments tout au long de l'année pour bien estimer les charges variables. La maintenance peut faire l'objet de contrats annuels avec un remplacement préventif des pièces d'usure, des garanties de dépannage 24h/24 ... ou être au libre choix. La consommation électrique semble être assez modeste de 1 à 4,5 euros par jour.

3- Les économies envisageables. L'automate permet de gagner du temps, des heures de traction et du carburant. Les pratiques et l'organisation sont extrêmement variables d'un élevage à l'autre, et le temps économisé varie de 1 à 3. Un relevé de ses temps de travaux et des heures de traction hebdomadaire est un excellent moyen de vérifier ses impressions!

"Les gains potentiels (efficacité alimentaire, performances techniques, réduction des pertes de fourrages...) ne sont pas chiffrés: ils sont variables et non systématiques selon les exploitations", souligne Chistian Savary.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière