Aller au contenu principal

Critères de qualité
Quel avenir pour la filière lait de montagne ?

Le colloque, organisé le 7 octobre dernier dans le cadre du Sommet de l´élevage par la FRSEA du Massif Central, l´interprofession laitière et Altitude, a mis les AOC et la dénomi-nation « montagne » sur le devant de la scène.


« Comment continuer à produire du lait demain, dans des zones à faible densité laitière, avec des quotas qui ne peuvent jouer la carte de la productivité et dans des conditions climatiques parfois rudes ? En donnant au produit fini une meilleure valeur ajoutée », a rappelé Michel Lacoste, président de la section régionale laitière de la FRSEA du Massif Central, en introduisant le colloque sur la filière laitière de montagne, organisé dans le cadre du Sommet de l´élevage.
AOC d´Auvergne. Une des clés de réussite d´une AOC est la définition précise des critères de qualité par les producteurs et les transformateurs. ©Anaof

Un imaginaire extrêmement puissant
Au fil des interventions, les pistes se sont ouvertes, notamment celles de l´AOC et de la dénomination « montagne ». Chacun a pu puiser dans les exemples concrets, comme celui de l´AOC Comté, qui actuellement est l´une des AOC fromagères qui affiche une grille de paiement du lait bien supérieure à la moyenne. « L´AOC doit être un produit clairement identifié par le consommateur. La juxtaposition entre l´AOC et la dénomination montagne nous semble être une erreur », a expliqué Claude Vermot-Desroches, président du syndicat AOC Comté. L´opportunité d´une dénomination « montagne » a quant à elle été confirmée par les résultats de l´enquête consommateur commanditée par le Cniel et réalisée en septembre dernier par la Sofres. « L´imaginaire de la montagne est extrêmement puissant auprès de l´échantillon testé. Les consommateurs associent la montagne, à la pureté, à la qualité et au goût retrouvé et du coup seraient prêts en grande majorité à opter pour un lait de montagne », a résumé Mona Harari, responsable du service études Cniel.
Mais pour asseoir ce potentiel, il semble indispensable d´engager une vaste communication. Pour les professionnels, ces actions de valorisation méritent d´être soutenues. En expliquant que l´herbe et la montagne devaient être les priorités du second pilier, le président du Cniel, Henri Brichart est allé dans ce sens. Car quid de la production laitière en montagne sans PHAE (Prime herbagère agri-environnementale) ni ICHN (Indemnité compensatoire aux handicaps naturels)?
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière