Aller au contenu principal

Qu’attendre des médecines complémentaires ?

Aromathérapie, homéopathie, ostéopathie : ces médecines ont le vent en poupe. Comment fonctionnent-elles ? Que sait-on sur leur efficacité ? Et quels sont les freins à leur utilisation? 

© F. Mechekour

La filière laitière a bien compris la nécessité de répondre à la demande sociétale de réduction de la consommation d'antibiotiques. L’engouement croissant pour les médecines naturelles et la multiplication des formations en témoignent. Le plan EcoAntibio contribue aussi à cette dynamique. Chercher des substitutions aux antibiotiques est effectivement l’une des voies possibles pour y parvenir, au même titre que la prévention sanitaire, la vaccination et le respect des protocoles de soin. Mais plutôt que de parler de « médecines alternatives », le terme de « médecines complémentaires » apparaît plus approprié. Il ne s’agit pas de les opposer à la médecine conventionnelle allopathique, mais plutôt d’élargir l’arsenal thérapeutique disponible. Certaines de ces médecines, comme l’homéopathie ou l’ostéopathie, apportent un regard nouveau. Elles s’intéressent à l’animal dans sa globalité et stimulent sa capacité naturelle à guérir. 

L’objectif de ce dossier est de vous livrer l’expérience d’éleveurs qui les utilisent, avec leurs réussites et leurs échecs. Et de donner la parole aux vétérinaires qui y ont recours, mais également à d’autres qui se montrent plus sceptiques. Ces médecines soulèvent deux grandes questions.

La première porte sur leur efficacité. Ce débat dépasse largement le monde de l’élevage.L’efficacité des huiles essentielles par exemple n’est pas prouvée scientifiquement. On ne sait pas encore expliquer comment ça marche, mais force est de constater que des éleveurs les utilisent sur leur troupeau car ils en retirent une satisfaction globale. Ce ressenti n’est pas facile à objectiver, et peut même laisser dubitatif. Quelle part peut-on attribuer à l’autoguérison spontanée et à la meilleure prévention liée une observation plus fine des animaux ? Difficile de répondre.

La réglementation est l’autre question centrale concernant ces médecines. Si l’homéopathie pose peu de soucis en termes de toxicité ou de risque de résidu, la vigilance est de mise avec les huiles essentielles, qui sont des produits très concentrés. Le cadre réglementaire actuel, notamment la liste des plantes utilisables et les délais d’attente, limite leur usage officiel, du fait du manque de références quant à leur innocuité. Si l’on s’en tient au strict respect de la réglementation, très peu d’huiles essentielles sont utilisables. Celles qui le sont doivent forcément être prescrites par un vétérinaire. Les mélanges doivent être effectués exclusivement par le vétérinaire ou le pharmacien. Et un délai d’attente de 7 jours pour le lait et 14 jours pour la viande (le double en bio) est à respecter après le traitement. Il y a un fossé entre les pratiques de terrain et le cadre légal fixé. D’où la nécessité de poursuivre les travaux expérimentaux pour étudier les intérêts des huiles, leur innocuité et la présence de résidus dans les produits.

À ces freins s’ajoute encore la relative méconnaissance des vétérinaires sur ces médecines, quasi absentes des programmes de formation des écoles vétérinaires. Pourtant, réglementairement, les vétérinaires ont un rôle central pour encadrer et sécuriser leur usage… Plutôt que de chercher des recettes toutes faites, rappelons-nous que la priorité absolue est toujours de poser un diagnostic. Le choix de la méthode thérapeutique, quelle qu’elle soit, vient après.

Un bon diagnostic avant tout

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière