Aller au contenu principal

« Quand on nourrit le sol, il nous le rend bien »

Au Gaec Moinard, en Vendée, la clé est un sol qui fonctionne. Laurent Moinard et son frère ont modifié peu à peu leurs pratiques pour aboutir à un système de cultures en semis direct intégral.

Laurent Moinard. " Le semis direct implique de passer un palier psychologique. Au-delà du changement de pratiques, cela requiert une évolution du système de pensée. »
© É. Bignon

« Le sol n’est pas un simple support dans lequel on jette des graines, c’est un milieu vivant ! ", revendique Laurent Moinard, installé avec son frère sur une exploitation de polyculture-élevage de 160 hectares et 130 laitières à 10 000 kg de lait en système robot. " Pour retrouver un sol qui fonctionne, il y a des pratiques à mettre en œuvre, mais il y a surtout une prise de conscience et un cheminement à faire dans sa tête ! Une fois que l’on a compris comment marche le sol, on adopte un nouveau regard, un nouveau raisonnement, celui de nourrir aussi les organismes vivants du sol. » Laurent en est convaincu : un agriculteur doit être avant tout un éleveur de bactéries et de champignons. « Pour aider le sol à retrouver son équilibre, il faut oublier une partie de nos références, en accepter d’autres, et être prêt à expérimenter plutôt que d’attendre une solution toute faite. »

Avec des sols argilo-calcaires très hétérogènes en profondeur, le Gaec a arrêté le labour il y a vingt ans. « Il ne se justifiait pas sur nos terrains superficiels, on broyait beaucoup de pierres et on cassait du matériel », se souvient Laurent. Les exploitants ont alors travaillé le sol avec des outils à dents, avant de basculer en semis direct d’abord sur les cultures d’automne en 2002, puis sur la totalité des cultures en 2010. Le maïs a été la dernière culture à y passer.

D’abord apprendre à observer le sol

 

 
« Au fil des ans, nous avons fait évoluer le système (plus de couverts, assolement plus diversifié, réduction des phytos, etc.) et, en parallèle, j’ai vu le sol changer et la biodiversité revenir sur les parcelles. »  Maintenant, Laurent observe des auxiliaires, des turricules, des cabanes de vers de terre, signes de la bonne santé du sol. « Avant, je n’y prêtais pas du tout attention, je ne voyais rien. » Les sols apparaissent aussi plus homogènes, et leur souplesse est frappante quand on marche dessus.

 

Aujourd’hui, les efforts consentis pour mettre en place un nouveau système de culture payent, mais tout n’a pas été facile. « On a connu des problèmes de salissement. Il y en a encore mais la situation s’est bien améliorée grâce aux couverts et surtout aussi quand on a arrêté de toucher le sol. Cette année, j’ai même une parcelle où je n'ai fait aucun désherbage sur blé. »

Globalement les parcelles où il y a des plantes toute l’année sont celles qui fonctionnent le mieux; le taux de matière organique augmente. Notamment celles où se suivent un blé, un moha-trèfle d’Alexandrie (ou sorgho), un méteil d’automne et un maïs. L’autre difficulté a porté sur la gestion des limaces et des mulots. Cela prend du temps avant que leur population se régule avec le retour des carabes et des rapaces. « Nous avons démarré la culture du lin, moins sensible aux limaces que le colza. On a aussi remarqué que celles-ci disparaissent davantage sur les parcelles où on ensile le méteil », observe Laurent, qui reconnaît qu’il y a encore une parcelle compliquée avec les limaces.

Être prêt dans sa tête et persévérer

 

 
Passer au semis direct a impliqué une prise de risque. « Bien sûr, j’ai eu des doutes et des inquiétudes, mais ce qui m’a toujours rassuré, c’est le gain de temps permis. Chez nous, si on était resté en système classique, il nous faudrait au moins un salarié à temps plein. » Sans compter l’économie en carburant et en entretien du matériel. « Le choix et la restitution des couverts au sol peut être un point d’achoppement. Il peut en effet y avoir des objectifs antagonistes entre le fait de nourrir le sol ou les vaches. » Enfin, il faut être prêt à affronter les critiques de ses proches et de ses voisins. « Ce n’est pas toujours simple au début, lorsqu’on fait des erreurs par inexpérience... D'où la nécessité d'échanger en groupe. L'Apad m'a beaucoup apporté." »

 

Malgré des rendements un peu inférieurs en maïs (5 à 10 %), Laurent estime que l’exploitation dégage une meilleure marge nette. Et au-delà de l’aspect économique, cette nouvelle dynamique l’a remotivé. « Le fait de s’interroger sur sa façon de faire, de se remettre en cause, de tester, d’expérimenter, redonne du sens au métier. Je suis content d’être parti dans cette voie. »

Mise en garde

Mieux vaut rejoindre un collectif et se faire accompagner quand on se lance. Le soutien du groupe est primordial sur les plans technique et moral. Se former et partager les expériences fait gagner beaucoup de temps et réduit aussi les risques d'échec.

Les plus lus

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Danone recherche 100 millions de litres de lait

Déprise laitière et besoins croissants de l’entreprise sont les deux raisons pour lesquelles Danone cherche de…

Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Sunlait signe avec un deuxième acheteur de lait : Maîtres laitiers du Cotentin

L’association d’organisations de producteurs de lait Sunlait, qui n’avait de contrat cadre qu’avec Savencia, vient de signer…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière