Aller au contenu principal

Matière organique
Quand l´humus se minéralise

Chaque année, les bactéries du sol minéralisent environ 2 % de l´humus. Cette transformation libère environ 40 à 80 kg d´azote par hectare et par an.


Les matières organiques du sol proviennent de résidus végétaux, animaux et microbiens. Elles représentent environ 5 % du poids sec de la terre, le reste étant occupé par des constituants minéraux issus de roches.

On distingue les matières organiques libres de l´humus. Les matières organiques libres se composent de débris végétaux ou animaux peu évolués. On retrouve ici de la cellulose facilement transformée par les micro-organismes. Mais aussi des lignines qui sont a contrario très résistantes à l´attaque microbienne. La matière organique libre représente environ 10 % à 20 % de la matière organique totale. La transformation de la matière organique libre par les bactéries et les vers de terre s´appelle l´humification. Cette dernière peut durer quelques semaines voire jusqu´à deux ans en fonction des conditions du milieu: température, humidité, oxygène, pH. Le « coefficient isohumique » (K 1) donne la quantité d´humus stable formée par un kilo de matière sèche apportée au sol. Il est de l´ordre de 0,4 à 0,5 pour le fumier, de 0,1 à 0,15 pour les pailles et de 0,2 pour les résidus de plantes annuelles. Ainsi, 30 tonnes de fumier à 20 % de matière sèche donnent environ 3 tonnes d´humus par hectare.

La minéralisation est favorisée par la chaleur...
L´humus est constitué de corps microbiens et de substances organiques... Et comme les micro-organismes ne les utilisent que très lentement on parle de matière organique stable.
L´humus est dégradé par les bactéries à raison de 1 à 2 % par an (K2 est le coefficient de minéralisation) pour donner des minéraux utilisables par les plantes (nitrate, phosphate, potassium). La minéralisation est favorisée par la chaleur et l´humidité. Ainsi, la forte croissance des végétaux au printemps est provoquée par l´augmentation de la température, laquelle accélère la minéralisation de l´azote. Par contre les bactéries apprécient peu le froid, la sécheresse, l´acidité ou les terres trop calcaires. La perte annuelle en humus est généralement comprise entre 800 et 1400 kg par hectare et par an. Elle entraîne une libération d´azote variant de 40 à 80 kg. Cette minéralisation doit être compensée pour éviter à terme une dégradation de la structure du sol. Une analyse de terre permet de voir comment évolue la teneur en humus du sol. Cette dernière résulte de l´équilibre entre l´humification de la matière organique libre et la minéralisation de l´humus.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière