Aller au contenu principal
Font Size

Matière organique
Quand l´humus se minéralise

Chaque année, les bactéries du sol minéralisent environ 2 % de l´humus. Cette transformation libère environ 40 à 80 kg d´azote par hectare et par an.


Les matières organiques du sol proviennent de résidus végétaux, animaux et microbiens. Elles représentent environ 5 % du poids sec de la terre, le reste étant occupé par des constituants minéraux issus de roches.

On distingue les matières organiques libres de l´humus. Les matières organiques libres se composent de débris végétaux ou animaux peu évolués. On retrouve ici de la cellulose facilement transformée par les micro-organismes. Mais aussi des lignines qui sont a contrario très résistantes à l´attaque microbienne. La matière organique libre représente environ 10 % à 20 % de la matière organique totale. La transformation de la matière organique libre par les bactéries et les vers de terre s´appelle l´humification. Cette dernière peut durer quelques semaines voire jusqu´à deux ans en fonction des conditions du milieu: température, humidité, oxygène, pH. Le « coefficient isohumique » (K 1) donne la quantité d´humus stable formée par un kilo de matière sèche apportée au sol. Il est de l´ordre de 0,4 à 0,5 pour le fumier, de 0,1 à 0,15 pour les pailles et de 0,2 pour les résidus de plantes annuelles. Ainsi, 30 tonnes de fumier à 20 % de matière sèche donnent environ 3 tonnes d´humus par hectare.

La minéralisation est favorisée par la chaleur...
L´humus est constitué de corps microbiens et de substances organiques... Et comme les micro-organismes ne les utilisent que très lentement on parle de matière organique stable.
L´humus est dégradé par les bactéries à raison de 1 à 2 % par an (K2 est le coefficient de minéralisation) pour donner des minéraux utilisables par les plantes (nitrate, phosphate, potassium). La minéralisation est favorisée par la chaleur et l´humidité. Ainsi, la forte croissance des végétaux au printemps est provoquée par l´augmentation de la température, laquelle accélère la minéralisation de l´azote. Par contre les bactéries apprécient peu le froid, la sécheresse, l´acidité ou les terres trop calcaires. La perte annuelle en humus est généralement comprise entre 800 et 1400 kg par hectare et par an. Elle entraîne une libération d´azote variant de 40 à 80 kg. Cette minéralisation doit être compensée pour éviter à terme une dégradation de la structure du sol. Une analyse de terre permet de voir comment évolue la teneur en humus du sol. Cette dernière résulte de l´équilibre entre l´humification de la matière organique libre et la minéralisation de l´humus.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière