Aller au contenu principal

Elevage laitier
Quand et sur quelle durée pratiquer la monotraite ?

En fin de lactation, sur une période de moins de quatre semaines, et avec des vêlages groupés, l´incidence d´une traite par jour sur la production est minimisée.

La Montbéliarde est plus adaptée à la monotraite que la Prim'Holstein
© E. Bignon

La demande en références sur «une traite par jour», ou monotraite, s´amplifie. On sait déjà que, sur des Prim´Holsteins à bon potentiel, le passage à une traite par jour entraîne une baisse de la production laitière, que les taux butyreux et protéique augmentent, et que la numération cellulaire s´accroît d´autant plus que la numération de départ est plus élevée et que l´environnement y est propice. De nombreuses questions restent en suspens : y a t-il des différences entre races? les fromages changeront-ils de goût ? le stade de lactation joue-t-il sur l´importance de la perte de lait ?... L´Inra de Theix (D. Pomiès et B. Martin) et l´Enitac de Clermont-Ferrand (B. Rémond et G. Brunschwig) ont mené, en collaboration, une série de travaux sur ces thèmes, qui devaient être en partie présentés début décembre aux journées 3R.

La Montbéliarde mieux adaptée que la Prim´Holstein
Le premier essai de l´Inra et de l´Enitac porte sur la monotraite pendant sept semaines, en milieu de lactation. Il compare les races Prim´Holstein et Montbéliarde et vérifie l´impact de cette pratique sur la transformation fromagère. Deux lots (un par race) ont été traits une fois par jour pendant sept semaines et comparés à deux lots témoins (un par race) traits deux fois par jour. Des fromages ont été fabriqués sur les quatre dernières semaines de la période expérimentale.

Par rapport aux lots témoins, la baisse de la production laitière est de 23 % pour les Prim´Holsteins monotraites et de 15 % pour les Montbéliardes monotraites. Ces dernières sont mieux adaptées à la monotraite. Côté taux, la variation est la même pour les deux races : augmentation du TB de 3 g/kg et du TP de 2,4 g/kg, puis les valeurs redeviennent identiques aux lots témoins lors du retour à deux traites par jour. Il n´y a pas non plus d´effet race pour la concentration en cellules somatiques. « Sur notre essai, la monotraite ne modifie pas le nombre de cellules. La situation de départ était très bonne et les couchages sont restés secs », précise Dominique Pomiès, de l´Inra de Theix.
Enfin, il n´y a pas d´incidence significative sur l´efficacité de la transformation fromagère de Cantal (kg de lait/kg de fromage), malgré l´augmentation des taux. La composition chimique, la texture et les caractéristiques sensorielles des fromages ne diffèrent pas non plus.

La perte de production ne se résorbe pas
L´essai montre qu´après le retour à deux traites, la production des lots « une traite » remonte rapidement, mais n´arrive pas à atteindre le niveau des lots témoins, même au bout de cinq semaines. « Comme l´action de traire ralentit la mort des cellules sécrétrices de lait, on suppose qu´en trayant moins, les cellules meurent plus vite. Il est alors logique qu´on ne puisse pas rattraper le niveau de production du lot témoin sur cette lactation », explique Dominique Pomiès.

Peu de pertes avec une semaine de monotraite
Dans l´essai, la « perte rémanente » est de 8 % : c´est l´écart qui demeure entre la production des vaches « une traite » et des vaches « deux traites » durant les cinq semaines qui suivent l´expérimentation. D´après d´autres essais, « si la monotraite est appliquée dès le début de la lactation, cet écart est d´environ 15 %. Et si on trait une fois par jour en fin de lactation sur une semaine, la perte rémanente peut être nulle ».

Pour résumer, plus la monotraite est précoce dans la lactation et dure longtemps, plus la perte de production de lait sur la lactation sera élevée. Un autre essai de l´Enitac (Bernard Rémond) et de l´Inra porte sur deux périodes de monotraite d´une semaine chacune, séparées d´une période de trois semaines avec deux traites par jour en début de phase descendante de la lactation. Les résultats montrent que la traite une fois par jour peut constituer un bon moyen pour se libérer du temps, tout en ne compromettant pas le déroulement du reste de la lactation. En effet, lors du retour à deux traites par jour, la quantité de lait produite revient au niveau des témoins: la perte rémanente est nulle. La baisse de production (de 25 % en moyenne) est la même pour les deux périodes de monotraite. La première période d´une traite par jour n´influence donc pas la seconde.

 
 
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière