Aller au contenu principal

Alimentation des bovins/Fourrage
Protéagineux et soja à l´essai en Normandie

Le lupin, la féverole, mais aussi le soja peuvent se cultiver en Normandie. Toutefois des réglages s´imposent pour leur trouver une place de choix sur les exploitations.


Pois, féverole et lupin sont bien connus des éleveurs soucieux d´une plus grande autonomie en protéines. De ces trois protéagineux, le lupin est le plus riche en PDI, mais il est aussi le plus tardif. « Cette culture est réputée pour ne pas être adaptée à la Normandie, car son cycle de végétation est long, souligne Gérard Bavière de la Chambre d´agriculture du Calvados. Ce qui ne nous empêche pas de mener un travail exploratoire pour trouver au lupin une place de choix dans les régions d´élevage les plus tardives. »
Engagée depuis quatre ans dans la quête de l´autonomie en protéines, la Chambre d´agriculture mène chaque année des essais sur la féverole et le lupin. Ces deux protéagineux grignotent peu à peu la position de monopole du pois, si peu riche en protéines et victime de ses racines ravagées par l´aphanomyces.

« Dans notre région, le problème c´est d´arriver à maturité début septembre. Les variétés de lupin d´hiver, encore mal connues, semblent prometteuses de ce point de vue. » Par rapport au lupin blanc de printemps, les nouvelles variétés d´hiver s´avèrent en effet plus précoces et plus productives. Leur floraison avancée de trois à quatre semaines devrait permettre d´étendre la culture du lupin au-delà du Centre-Ouest et du Sud-Ouest.
« A travers les essais que nous menons, l´objectif est de faire émerger des variétés équilibrées - peut-être plus riches en protéines, moins productives et peu sensibles aux maladies - et surtout adaptées aux fortes contraintes de terrain, insiste le technicien. Nous privilégions par ailleurs une conduite de culture économe en intrants, en adéquation avec la recherche de produit de qualité. »
Le lupin requiert des parcelles saines, très précoces, qui ressuient bien et qui ne sont pas froides. Les températures basses de l´année 2002 ont particulièrement pénalisé les deux essais situés en zones froides. Les rendements des variétés de printemps ne dépassent pas 20 quintaux par hectare.
©D. R.


Privilégier les variétés précoces et équilibrées
Toutefois, en zones moins tardives, les rendements moyens d´une vingtaine d´exploitations approchent 30 quintaux par hectare, comme l´an dernier. Du côté des variétés, c´est Amiga qui donne les meilleurs résultats en terme de maturité.
En lupin d´hiver, seule la variété Luxe s´en tire correctement avec un rendement de 44 quintaux par hectare, mais son taux d´humidité, très élevé (35 %), rappelle aux réalités de la région. « Le manque de chaleur et l´excès d´eau ont fortement pénalisé cette culture, qui n´obtient pas cette année les résultats escomptés en précocité. »

La féverole d´hiver, quant à elle, est arrivée à maturité plus rapidement que les variétés de printemps, avec 16,3 % d´humidité à la récolte. Vigoureuse au départ, précoce à maturité, avec des teneurs en MAT correctes (270 g/kg MS), elle montre un potentiel intéressant en conduite ultra-économe en intrants. Facile à battre, elle peut concurrencer la féverole de printemps sur des parcelles peu accessibles en février ou sur parcelles séchantes. « Iréna, variété inscrite en 2001, sort en tête en rendement, en précocité et valeur protéique. Des trois variétés testées, avec Karl et Olan, c´est aussi la plus versante et celle qui développe le plus la rouille. »
Pour la féverole de printemps, Gloria offre le comportement le plus équilibré associant bon rendement (43 q/ha), précocité à maturité correcte (19 % d´humidité) et valeur protéique intéressante (304 g/kg MS).
©D. R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière