Aller au contenu principal

Filière
Propositions pour une politique laitière spécifique à la montagne

La commission montagne du Cniel travaille sur une politique laitière spécifique à la montagne et entend la porter auprès des instances européennes.


Lors du Sommet de l´élevage à Clermont-Ferrand, la commission montagne du Cniel, présidée par Bernard Marmier, producteur dans le Doubs, a présenté des propositions pour une « véritable politique laitière de montagne ». Des propositions qui doivent faire l´objet d´un « lobbying professionnel » auprès de l´Union européenne via le ministère de l´Agriculture français et Euromontana, structure de coopération entre zones de montagnes.
La commission montagne part d´un constat « simple » mis en lumière par les DPU : malgré des soutiens spécifiques, notamment l´ICHN, aujourd´hui, les zones de montagne ne perçoivent pas davantage d´aides par unité de travail (12 800 ?) que les régions de plaine. Du fait d´une moindre productivité du travail, les exploitations dégagent un excédent brut d´exploitation par unité de travail inférieur à celles de la plaine. De plus, elles subissent un surcoût de collecte de 8,80 ? par mille litres.

La commission montagne propose donc un paquet de mesures spécifiques. « Les économies effectuées sur le premier pilier du fait du démantèlement progressif des aides au soutien du marché du lait » pourraient profiter à la fois aux producteurs et aux entreprises de montagne. Aux producteurs, pour revaloriser les aides du premier pilier et mettre en place « une véritable politique d´aide à la production d´herbe ». Aux entreprises, pour compenser les surcoûts de collecte et soutenir la création ou la rénovation d´ateliers de transformation. Elle demande aussi un renforcement des mesures du deuxième pilier : ICHN, bâtiments d´élevage.
Équivalents à ceux de plaine dans le Jura et les Alpes du nord, les investissements en bâtiments restent en retrait dans le Massif central. ©B. Griffoul

Compenser les handicaps
Ces propositions demandent à être « affinées ». Il s´agit, avec des mesures « simples » de compenser véritablement les handicaps pour garder de la production laitière en montagne en mettant les producteurs en situation « d´équité ». D´autres régions de montagne en Europe, comme en a témoigné un intervenant bavarois, réfléchissent dans le même sens. Des liens s´établissent entre elles. De quoi donner corps à une politique laitière des zones de montagne européennes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière