Aller au contenu principal

Elevage laitier en Limousin
Promouvoir les solutions techniques et l´emploi

Des solutions pour faire face à l´astreinte et des réponses aux besoins en main-d´oeuvre : deux axes pour le plan d´action Auvergne et Limousin.


Suite à l´enquête « Objectif lait 2010 » menée ce printemps en Auvergne et Limousin*, un plan d´action très détaillé a été construit pour répondre aux attentes des éleveurs laitiers de ces régions. Un programme décliné selon deux axes majeurs. Tout d´abord faire évoluer l´accompagnement technico-économique des exploitations en insérant plus nettement dans la « mallette » des techniciens les solutions pour faire face à l´astreinte (monotraite, pâturage tournant, rations mélangées, désileuses en commun, guides à l´investissement, conditions de travail.). Il ne s´agit pas de réinventer l´eau chaude mais de « décloisonner et créer des synergies entre structures, précise Laurent Usse, animateur de l´Objectif lait 2010. Beaucoup de choses se font mais beaucoup de monde les ignore. »
Développer une « culture d´employeur »
Campagnes d´informations dans les journaux agricoles, réunions de terrain avec les organismes techniques. Le but est de créer une dynamique autour de ces thèmes, favoriser l´échange d´expériences, susciter les demandes. Le second volet a pour but de répondre à leurs besoins en matière de ressources humaines. L´idée étant de promouvoir l´image des métiers de l´agriculture et de développer une « culture d´employeur » auprès des producteurs de lait. Sensibiliser les organismes de développement à toutes les formes d´emploi partagé ; créer des groupements d´employeurs départementaux ; lancer des bourses à l´emploi en relation avec les ANPE ; aider les éleveurs à définir les profils de salariés dont ils ont besoin ; les inciter à améliorer les conditions de travail et de sécurité ; mettre en place des parcours d´intégration de futurs salariés agricoles. La liste des actions prévues n´est pas exhaustive. Plusieurs groupements d´employeurs départementaux sont déjà constitués. Reste à chaque organisme à s´approprier ce programme, à l´image des services de Contrôle laitier qui ont été « très réactifs » pour la réalisation de l´enquête.
* L´enquête a été réalisée auprès de 2000 éleveurs laitiers adhérents du contrôle laitier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière