Aller au contenu principal

Profiter de l’herbe en hiver sans matraquer les prairies

L'art du pâturage hivernal est de profiter de l'herbe sans abîmer les prairies.

PATRICE PIERRE. « Les
vaches adaptent leur
ingestion au temps
de présence dans la
parcelle, et à la quantité
d’herbe disponible. »
PATRICE PIERRE. « Les
vaches adaptent leur
ingestion au temps
de présence dans la
parcelle, et à la quantité
d’herbe disponible. »
© C. Pruilh

Patrice Pierre, conseiller prairies à la chambre d’agriculture, sur la Mayenne et le Maine-et-Loire, a livré quelques repères de conduite du pâturage d’hiver (décembre à fin février), lors d’une journée « Les bio pratiquent », organisée par le Civam bio de Mayenne.

L’art du pâturage d’hiver est de surmonter le défaut de portance des sols. En condition défavorable, « on préférera les prairies les plus séchantes et les prairies permanentes. Une prairie temporaire jeune est sensible au matraquage. On adaptera le temps de présence des animaux afin de limiter le piétinement. Il ne faut pas hésiter à limiter le temps de sortie en cas de conditions de portance difficiles. Les vaches s’adaptent au temps de présence dans la parcelle, et à la quantité d’herbe disponible. Une vache peut ingérer 3 kg MS d’herbe en deux heures ».

On peut opter pour une rotation rapide sur tous les paddocks, ou pour une rotation lente en regroupant plusieurs paddocks. Patrice Pierre insiste sur l’arrêt du pâturage en cas d’épisode pluvieux. « Il ne faut pas matraquer la prairie, si on veut qu’elle récupère au printemps. »

Dans tous les cas, il est conseillé d’observer une période de repos qui sera bénéfique pour la reconstitution des réserves des espèces prairiales. « Difficile de dire pendant combien de temps. On entend dire de 1 à 2 mois. »

Une piste pour mieux pâturer l’hiver pourrait être de diversifier les prairies multiespèces en y introduisant des espèces plus tolérantes au froid (fétuque des prés, fléole…), plus précoces pour démarrer plus vite en fin d’hiver. Une question qui reste à étudier, selon Patrice Pierre.

En sortie d’hiver (février-mars), « les vaches peuvent pâturer ras (3 cm), sans impact sur la prairie. C’est une herbe avec un taux de MS plus élevé qu’au printemps, et beaucoup de feuilles de qualité (0,96 UFL, 140 g PDIN). »

« Il n’y a pas d’effet sur le rendement de la prairie au printemps suivant. Par contre, il y a un décalage dans la reprise de la pousse : chaque semaine de pâturage hivernal représente un jour de décalage au printemps. Faut-il des prairies multiespèces plus précoces pour démarrer plus vite en fin d’hiver ? La question reste posée. »

Enfin, Patrice Pierre indique « qu’il n’y a pas d’effet sur le lessivage d’azote avec un chargement modéré, sans hivernage ». Et « il n’y a pas d’effet sur le plan parasitaire ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière