Aller au contenu principal

Profiter de l’herbe en hiver sans matraquer les prairies

L'art du pâturage hivernal est de profiter de l'herbe sans abîmer les prairies.

PATRICE PIERRE. « Les
vaches adaptent leur
ingestion au temps
de présence dans la
parcelle, et à la quantité
d’herbe disponible. »
PATRICE PIERRE. « Les
vaches adaptent leur
ingestion au temps
de présence dans la
parcelle, et à la quantité
d’herbe disponible. »
© C. Pruilh

Patrice Pierre, conseiller prairies à la chambre d’agriculture, sur la Mayenne et le Maine-et-Loire, a livré quelques repères de conduite du pâturage d’hiver (décembre à fin février), lors d’une journée « Les bio pratiquent », organisée par le Civam bio de Mayenne.

L’art du pâturage d’hiver est de surmonter le défaut de portance des sols. En condition défavorable, « on préférera les prairies les plus séchantes et les prairies permanentes. Une prairie temporaire jeune est sensible au matraquage. On adaptera le temps de présence des animaux afin de limiter le piétinement. Il ne faut pas hésiter à limiter le temps de sortie en cas de conditions de portance difficiles. Les vaches s’adaptent au temps de présence dans la parcelle, et à la quantité d’herbe disponible. Une vache peut ingérer 3 kg MS d’herbe en deux heures ».

On peut opter pour une rotation rapide sur tous les paddocks, ou pour une rotation lente en regroupant plusieurs paddocks. Patrice Pierre insiste sur l’arrêt du pâturage en cas d’épisode pluvieux. « Il ne faut pas matraquer la prairie, si on veut qu’elle récupère au printemps. »

Dans tous les cas, il est conseillé d’observer une période de repos qui sera bénéfique pour la reconstitution des réserves des espèces prairiales. « Difficile de dire pendant combien de temps. On entend dire de 1 à 2 mois. »

Une piste pour mieux pâturer l’hiver pourrait être de diversifier les prairies multiespèces en y introduisant des espèces plus tolérantes au froid (fétuque des prés, fléole…), plus précoces pour démarrer plus vite en fin d’hiver. Une question qui reste à étudier, selon Patrice Pierre.

En sortie d’hiver (février-mars), « les vaches peuvent pâturer ras (3 cm), sans impact sur la prairie. C’est une herbe avec un taux de MS plus élevé qu’au printemps, et beaucoup de feuilles de qualité (0,96 UFL, 140 g PDIN). »

« Il n’y a pas d’effet sur le rendement de la prairie au printemps suivant. Par contre, il y a un décalage dans la reprise de la pousse : chaque semaine de pâturage hivernal représente un jour de décalage au printemps. Faut-il des prairies multiespèces plus précoces pour démarrer plus vite en fin d’hiver ? La question reste posée. »

Enfin, Patrice Pierre indique « qu’il n’y a pas d’effet sur le lessivage d’azote avec un chargement modéré, sans hivernage ». Et « il n’y a pas d’effet sur le plan parasitaire ».

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière