Aller au contenu principal

Produire pour le marché

Dans un système moins encadré, il faudra se préoccuper davantage des demandes des marchés, et être en mesure de piloter finement sa production. Produire quand la demande est forte, répondre aux attentes des consommateurs...

Produire pour le marché
tout en préservant
la rentabilité
des exploitations
Produire pour le marché
tout en préservant
la rentabilité
des exploitations
© J. Chabanne

Il était un temps où les transformateurs laitiers demandaient juste aux producteurs un lait de qualité. Puis est venu le temps du démantèlement progressif de la PAC, et viendra celui de la fin des quotas. Avec la fin de l’encadrement administratif des marchés, les prix sont plus volatiles, et les éleveurs sont plus exposés aux marchés. Il va donc falloir davantage tenir compte des demandes des marchés.

Point positif, les perspectives pour la demande mondiale de produits laitiers sont bonnes. C’est dans ce contexte de fin des quotas et de croissance de la consommation mondiale, que de nouvelles relations entre les producteurs et les laiteries se mettent en place, notamment à travers la contractualisation.

Quelles sont les attentes des laiteries en termes de volume et de qualité du lait pour répondre aux demandes ? Tous les transformateurs cherchent les outils de demain pour encadrer la production laitière. Une enquête de l’Institut de l’élevage montre que suivant leur statut, suivant qu’elles sont dans un bassin à fort potentiel laitier ou non, suivant leur éventail de produits…, les laiteries ne sont pas toutes confrontées aux mêmes enjeux et n’envisagent pas les mêmes systèmes d’encadrement.

Quelques coopératives ont mis en place des systèmes double volume double prix, tous différents. Des privés prévoient d’encadrer strictement les livraisons. Certains transformateurs engagent les producteurs à produire régulièrement sur l’année, à travers leur contrat.

De leur côté, les producteurs cherchent à s’organiser, refusant de laisser aux seules entreprises la gestion de la maîtrise des volumes. C’est la rentabilité de demain des exploitations qui est en jeu. Les premières propositions de contrats des privés ont soulevé un tollé et des négociations sont en cours pour les faire évoluer. Quant aux systèmes de double volume double prix, une partie des producteurs, déplorant un passage en force et craignant un manque de transparence entre les volumes A et B, les rejettent.

Mais au-delà de la gestion des volumes, produire pour le marché c’est aussi répondre aux attentes sociétales en matière de qualité nutitionnelle et d’environnement. Certaines entreprises cherchent à impliquer les éleveurs au travers de démarches comme Bleu Blanc Coeur qui vise à améliorer le profil en acides gras du lait. Là aussi les producteurs devront rester vigilants sur les conséquences de ces démarches sur la rentabilité de leur exploitation.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Page 78 Enquête de l’Institut de l’élevage sur les stratégies d’approvisionnement des laiteries

Page 84 Prédire le volume de lait produit

Page 88 Produire ou pas du lait d’été, du volume B

Page 98 Des démarches qualité en phase avec les demandes sociétales

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière