Aller au contenu principal

Gestion de la PAC
Produire plus de lait dilue les charges de structure

Faire face à une augmentation du droit à produire en intensifiant son système permet de diluer le poids de plus en plus important des charges de structure selon Cogedis.


Entre 1994 et 2007, « la rentabilité des exploitations laitières a diminué principalement en raison d´une hausse des coûts de production », a expliqué Guy Lemercier, responsable communication et marketing de Cogedis(1). L´analyse des résultats économiques de 1200 exploitations laitières suivies par Cogedis montre que ce sont les charges de structure qui ont évolué dans le mauvais sens. Ces dernières n´ont cessé d´augmenter pour atteindre 151,50 euros pour 1000 litres en 2007. A contrario, les charges opérationnelles, grâce notamment à une meilleure maîtrise des intrants, ont entamé une baisse continue à partir de 2001 pour se situer à 123,50 euros pour 1000 litres en 2007. Autrement dit, les charges de structure représentent plus de la moitié du coût de production. « Quand le niveau des charges de structures dépassent celui des charges opérationnelles, c´est ce qui peut arriver de pire pour un entrepreneur parce que ces charges sont difficilement compressibles car plutôt indépendantes du volume d´activité », a souligné Guy Lemercier.

Charges difficilement compressibles
Derrière cette tendance globale se cache évidemment des nuances. « Ce sont les systèmes de production les plus extrêmes (extensifs avec moins de 4000 l/hectares de SF et intensifs à plus de 9000 litres/hectares de SF) qui dégagent le plus d´EBE. »
Mais, le contexte de pénurie de lait constatée en 2007 et la baisse programmée du nombre de producteurs laitiers dans les années qui viennent se conjuguent pour favoriser l´intensification des systèmes de production. Et cette tendance devrait s´accompagner dans un premier temps d´une baisse quasi mécanique du poids des charges de structure rapporté aux 1000 litres de lait. « La grande bonne nouvelle de l´année 2007 pour les éleveurs a été de pouvoir produire plus de lait, car si le coût alimentaire augmente, par contre les charges de structure sont plus diluées. »
Et d´ajouter : « Tout système est économiquement valable à condition d´être cohérent et maîtrisé, mais les systèmes extensifs sont difficiles à faire évoluer notamment à cause de la concurrence sur le foncier, de l´organisation du parcellaire, de l´impact sur les besoins de main-d´oeuvre. »


(1) Intervention à l´occasion d´une conférence de presse sur le thème « Améliorer le revenu des éleveurs laitiers » organisée par Arvalis-Institut du végétal, FNPSMS et Seproma.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière