Aller au contenu principal
Font Size

Gestion de la PAC
Produire plus de lait dilue les charges de structure

Faire face à une augmentation du droit à produire en intensifiant son système permet de diluer le poids de plus en plus important des charges de structure selon Cogedis.


Entre 1994 et 2007, « la rentabilité des exploitations laitières a diminué principalement en raison d´une hausse des coûts de production », a expliqué Guy Lemercier, responsable communication et marketing de Cogedis(1). L´analyse des résultats économiques de 1200 exploitations laitières suivies par Cogedis montre que ce sont les charges de structure qui ont évolué dans le mauvais sens. Ces dernières n´ont cessé d´augmenter pour atteindre 151,50 euros pour 1000 litres en 2007. A contrario, les charges opérationnelles, grâce notamment à une meilleure maîtrise des intrants, ont entamé une baisse continue à partir de 2001 pour se situer à 123,50 euros pour 1000 litres en 2007. Autrement dit, les charges de structure représentent plus de la moitié du coût de production. « Quand le niveau des charges de structures dépassent celui des charges opérationnelles, c´est ce qui peut arriver de pire pour un entrepreneur parce que ces charges sont difficilement compressibles car plutôt indépendantes du volume d´activité », a souligné Guy Lemercier.

Charges difficilement compressibles
Derrière cette tendance globale se cache évidemment des nuances. « Ce sont les systèmes de production les plus extrêmes (extensifs avec moins de 4000 l/hectares de SF et intensifs à plus de 9000 litres/hectares de SF) qui dégagent le plus d´EBE. »
Mais, le contexte de pénurie de lait constatée en 2007 et la baisse programmée du nombre de producteurs laitiers dans les années qui viennent se conjuguent pour favoriser l´intensification des systèmes de production. Et cette tendance devrait s´accompagner dans un premier temps d´une baisse quasi mécanique du poids des charges de structure rapporté aux 1000 litres de lait. « La grande bonne nouvelle de l´année 2007 pour les éleveurs a été de pouvoir produire plus de lait, car si le coût alimentaire augmente, par contre les charges de structure sont plus diluées. »
Et d´ajouter : « Tout système est économiquement valable à condition d´être cohérent et maîtrisé, mais les systèmes extensifs sont difficiles à faire évoluer notamment à cause de la concurrence sur le foncier, de l´organisation du parcellaire, de l´impact sur les besoins de main-d´oeuvre. »


(1) Intervention à l´occasion d´une conférence de presse sur le thème « Améliorer le revenu des éleveurs laitiers » organisée par Arvalis-Institut du végétal, FNPSMS et Seproma.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière