Aller au contenu principal

Prim’Holstein : stabilité des IA avec des taureaux étrangers

Avec plus de 330 000 inséminations premières (IAP) au compteur en 2015, la part d’utilisation des taureaux étrangers est restée stable à 16 % par rapport à 2014, selon les statistiques du département génétique de l’Institut de l’élevage. Le trio de tête des taureaux les plus utilisés se composait de Favre Lars (7 310 IAP), G Dreams (4 765 IAP) et Spur (3 000 IAP). Mais, au total, ce sont près de 2,1 millions d’IAP qui ont été réalisées en Prim’Holstein l’année dernière. En proportion, le recul de l’activité a été modéré (- 1,1 %) par rapport à la Montbéliarde (- 2,2 %) et surtout la Normande (- 5 %). Le trio de tête des taureaux français les plus utilisés se composait de Isitolo (34 000 IAP), Ehman Isy (32 300 IAP) et Hurion Isy (29 700 IAP).

72 % des IAP avec des jeunes taureaux génomiques

Le pourcentage réalisé par les cinq premiers taureaux français est resté stable (7 %) et inférieur à ceux constatés avant l’avènement de la génomique. « Depuis six ans et le début de l’évaluation génomique, les jeunes taureaux génomiques (sans filles dans leurs index) ont progressivement pris la place des taureaux de service confirmés sur descendance, dans l’offre des entreprises de sélection et dans les choix des éleveurs pour le renouvellement de leur troupeau », constate Pascale Le Mézec. Ainsi, en Prim’Holstein, « 72 % des IA ont été réalisées avec de la semence de jeunes taureaux en 2015 ». Cette proportion est cependant nettement supérieure côté taureaux français (80 %) que côté taureaux étrangers (30 %). Une tendance que Pascale Le Mézec explique par le fait que "les éleveurs qui choisissent d’utiliser la semence importée de taureaux étrangers sont plus attachés aux taureaux confirmés sur descendance, alors que pour les taureaux français, le star système a vécu depuis l’arrivée de la génomique".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière