Aller au contenu principal

Prim’Holstein, des mamelles moins tape-à-l’œil mais plus fonctionnelles

Au-delà du changement de base classique, la dernière sortie d’index en race Prim'Holstein  a été marquée par la nouvelle formule de l’ISU. Elle a modifié le profil de certains taureaux sans bouleverser la hiérarchie.

Moka, fille de Jactive dont l’index mamelle a progressé de + 1,4 à + 2,2 avec la nouvelle formule de l’ISU qui met l’accent sur le positionnement central des trayons et leur longueur. Moka appartient au Gaec des Deux Etangs en Loire-Atlantique.
© G.Soldi

Annoncée en 2019, la nouvelle formule de l’ISU Prim’Holstein est entrée en vigueur lors de la sortie d’avril. Pour rappel, ce changement donne plus de poids à la reproduction (de 22 à 25 %) et à la matière grasse. Le poids de la santé mamelle perd 3 % (de 18 % à 15 %) au profit de la Repro. « Concernant la morphologie, et plus spécialement la mamelle, la nouvelle formule met l’accent sur le positionnement central des trayons. On recherche des trayons assez longs et positionnés au centre des quartiers pour faciliter la traite notamment avec les robots », explique Rémy Vermès de Prim’Holstein France.

La grande nouveauté est qu’elle pénalise aussi bien les excès positifs que négatifs d’écart-avant et d’implantation arrière des trayons. « On recherche désormais un index proche de zéro. » Par ailleurs, les trayons trop courts sont encore plus pénalisés. La nouvelle formule met également un coup de rabot à la taille des animaux. «On ne recherche plus des grandes vaches avec des mamelles haut-perchées. »

Lire aussi : Un nouvel Isu en race Prim’Holstein

Ces réajustements n’ont cependant pas bouleversé la hiérarchie dans le top du classement sur ISU. D’autant que certains nouveaux défauts sont parfois compensés par de « nouvelles » qualités. Pour mesurer l’impact du changement de formule, il faut plutôt aller chercher dans les détails, et en particulier au niveau des mamelles. « Un taureau comme James Bond (145 d’ISU) qui faisait des trayons très courts et très serrés à l’arrière a vu son index mamelle passer de + 0,6 à – 1,1. L’index mamelle d’Haboro (145 d’ISU) a baissé de + 1,3 à + 0,5 à cause de trayons serrés à l’avant (+ 2,1) et internes à l’arrière (+ 1). Idem pour Lockstar (147) dont l’index mamelle a perdu un point (+ 1,3) à cause de trayons très resserrés à l’avant (+ 1,6) et des trayons trop courts (- 1,1). « L’excès de taille (+ 3,1 en hauteur au sacrum) le pénalise également », note Rémy Vermès.

rémy vermes

Rémy Vermès, Prim’Holstein France : « La nouvelle formule met l’accent sur le positionnement central des trayons et pénalise plus les trayons courts. » - Prim'Holstein France

Le cas de Jewald (146 d’ISU) illustre aussi l’impact du changement de formule de la synthèse mamelle. « La synthèse mamelle est passée de + 3,1 à + 1,8 à cause d’un défaut d’équilibre (+ 2) et d’écart-avant (+ 2,4). Avec l’ancienne formule un écart-avant de + 2,4 augmentait l’index mamelle de + 0,24 point. Désormais cela lui fait perdre 0,24 point. »

A l’inverse certains taureaux ont progressé en mamelle à l’image de Jactive (169), le demi-frère de Louxor. « Il est passé de + 1,4 à + 2,2 en mamelle grâce à la qualité de l’implantation arrière (0), de l’écart-avant (- 0,1), de l’équilibre de la mamelle (+ 0,3) et de la longueur des trayons (+ 0,8) », souligne Rémy Vermès.

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière