Aller au contenu principal
Font Size

Prévenir la dermatite digitée grâce au pédiluve sec

Le protocole implique deux jours de passage au pédiluve sec, renouvelés tous les quinze jours.
© E. Lazennec

Olmix a mené un essai en partenariat avec BCEL Ouest, sur quatre mois entre décembre 2016 et juin 2017 pour tester l'effet de l’asséchant de litière Mistral sur la dermatitie digitée. Ce produit est composé d’une association d’argiles sélectionnées, séchées et micronisées, et enrichi en huiles essentielles.

Trois troupeaux bretons équipés de robots de traite ont participé à l’essai, rassemblant 181 laitières au total. Chaque troupeau a été divisé en deux lots homogènes en termes de production, de numéro et de stade de lactation, ainsi que de prévalence de la maladie de Mortellaro. Au début de l’essai, le lot témoin affichait une prévalence de 34,9 % (exprimée en % de pieds postérieurs), contre 39,5 % pour le lot de vaches dirigées vers le pédiluve en sortie de porte de tri. Elles y sont passées deux à trois fois par jour, pendant deux jours consécutifs. Ce traitement a été renouvelé tous les quinze jours, pendant quatre mois. « Nous avons calé ce protocole en respectant les recommandations émises par Anne Relun, spécialiste de la dermatite digitée à Oniris », indique Julia Laurain d’Olmix. La notation des lésions sur l’interface Activ’Parage s’est effectuée au début, à mi-parcours et à la fin de l’essai.

Un effet significatif sur la prévention mais pas sur le taux de guérison

Au bout de quatre mois de traitement, le pourcentage de pieds présentant de nouvelles lésions (l'incidence) s’est révélé significativement moins élevé (20 %) pour le lot « pédiluve » comparé au lot témoin (32,1 %). En revanche, l'amélioration du taux de guérison n'est pas significative.

« Ces résultats montrent qu’un traitement collectif avec Mistral permet d’agir en préventif pour contenir la dermatite digitée, analyse Julia Laurain. Et confirment que l’action curative passe nécessairement par un traitement local individualisé. » La dose de Mistral a été de six sacs de 25 kg pour deux jours pour 80 vaches, soit un coût de 1,50 euro par vache à chaque application. « Le retour sur investissement calculé dans l’essai est de quatre euros pour un euro investi ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière