Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Près de six mille exploitations de plus de 100 vaches !

En France, les grandes exploitations laitières détiennent pour la plupart entre 100 et 150 vaches, et emploient essentiellement de la main-d’oeuvre familiale. Contrairement à celles des autres pays.

20 % des vaches laitières sont dans des élevages de plus de 100 vaches.
20 % des vaches laitières sont dans des élevages de plus de 100 vaches.
© A. Conté

Depuis 2005 et la sortie progressive des quotas, l’agrandissement des élevages laitiers français s’accélère et se généralise. La croissance concerne 70 % des fermes laitières entre 2008-2009 et 2013- 2014. Elle est particulièrement spectaculaire dans les grandes exploitations. Mais contrairement à ce que commence à croire le grand public, les grandes exploitations laitières à la française sont loin des 1 000 vaches !

Leur nombre est multiplié par deux en quatre ans

La plupart d’entre elles ont entre entre 100 et 150 vaches, et rarement plus de 350 (moins de dix exploitations en 2014, même si certaines associations sont difficiles à repérer). Ces dernières années, pas moins de 900 à 1000 élevages ont chaque année franchi la barre symbolique des 100 vaches. En quatre ans, le nombre des exploitations de plus de 100 vaches a quasiment doublé d’après la base de données nationale (BDNI). De 3 312 en novembre 2010, elles sont passées en novembre 2014 à 5 843, et détiennent pas moins de 20 % des vaches laitières ! Si l’on prolonge les comportements de croissance observés sur 2010-2014, leur nombre devrait grimper à près de 11 000 pour 39 % des vaches en 2020. Dans un scénario intermédiaire combinant les évolutions constatées sur 2000-2010 et 2010-2014, elles seraient tout de même plus de 9000 en 2020 et détiendraient 35 % des vaches laitières. « Il n’est pas sûr que l’on puisse tenir le rythme actuel d’augmentation de la productivité du travail. Jusqu’en 2005, celle-ci augmentait deux fois moins vite que dans le reste de l’Europe du Nord. Ce n’est plus du tout vrai ces dernières années. On sent bien que bon nombre d’élevages sont aujourd’hui au taquet suite à des progressions particulièrement fortes », commente Christophe Perrot, de l’Institut de l’élevage.

Une organisation du travail originale en France

Contrairement à la plupart des autres pays d’Europe du Nord, la part de la main-d’oeuvre familiale — plus de 75 % — reste élevée dans les grandes exploitations. Ailleurs, celles-ci emploient de la main-d’oeuvre salariée, directement ou indirectement aux Pays-Bas en déléguant les travaux des champs et épandages, et le nombre d’actifs familiaux stagne à 1-1,5 UMO. « Cette originalité est liée au développement des Gaec, historiquement favorisé par la politique française de gestion des quotas et particulièrement dans les régions où les quotas étaient contraignants », souligne Christophe Perrot. Pour résoudre les problèmes de maind’oeuvre, les formes associatives, en particulier celles entre tiers (35 % des plus de 100 vaches en 2010), sont aujourd’hui plébiscitées. Ainsi qu’un fort attrait pour l’automatisation : plus de la moitié des équipements de traite sont neufs. Mais les exploitations vont-elles pouvoir poursuivre leur croissance sans recourir davantage au salariat ? Les points de vue divergent : trop cher ? trop rigide ? Inadapté si l’objectif est de libérer des week-ends ? Le nombre d’UTA salariées en exploitations laitières a tout de même augmenté de 12 % en dix ans(1) alors que les UTA totales baissaient de 33 %. Et en 2010, 40 % des plus de 100 vaches employaient de la main-d’oeuvre...

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le numéro de septembre de Réussir Lait, page 22

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Les équarrisseurs, acteurs de l’économie circulaire
Les animaux trouvés morts et les déchets animaux sont valorisés en farine, utilisée comme fertilisant organique ou combustible…
Vignette
Ondes électromagnétiques : des éleveurs engagent des procédures judiciaires
Les éleveurs de l’association Anast (Animaux sous tension) vont engager des procédures judiciaires pour faire reconnaître d’…
Vignette
Traite des vaches et alimentation : « les robots ont un rôle majeur dans notre organisation »
Au Gaec de la Basfeuille, dans la Manche, les associés ont acheté trois robots de traite et un robot d’alimentation pour produire…
Vignette
Un nouveau concept pour rafraîchir les vaches
Un système « intelligent » de pulvérisation permet de faire supporter aux vaches les périodes de forte chaleur.
Vignette
« Nos cédants voulaient transmettre à des jeunes »
Dans la Manche, François et Pierre Bienvenu ont repris deux exploitations en janvier 2019. Les deux frères ont réalisé leur rêve…
Globalement, la collecte des grands exportateurs reste peu dynamique.    © J. Chabanne
La cotation de la poudre de lait poursuit sa montée

Après un mois d'octobre relativement stable autour de 2 350 €/t, la cotation française de la poudre de lait écrémé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière