Aller au contenu principal

Alimentation humaine
Pour Marie-Claude Bertière, médecin nutritionniste, « il y a calcium et calcium »

Les produits laitiers sont quasiment indispensables pour couvrir nos besoins en calcium. Leur calcium est en effet celui qui est le mieux retenu par l´organisme.


Marie-Claude Bertière est médecin nutritionniste et directeur adjoint du Cerin, organisme chargé de la communication sur la nutrition auprès des professionnels de santé.
Voici les principaux arguments qu´elle a développés sur le calcium laitier, lors de la convention des transformateurs laitiers en décembre dernier.
Les produits laitiers sont-ils une source de calcium indispensable ?
Marie-Claude Bertière - « On peut répondre oui. Sans les produits laitiers, on aurait beaucoup de mal à couvrir les besoins de l´organisme. Trois familles d´aliments fournissent le calcium : en premier lieu, le lait et les produits laitiers (en France, ils apportent environ les deux-tiers du calcium que nous consommons quotidiennement), puis les légumes et fruits, et les eaux de boisson. Les produits laitiers sont champions puisque ce sont les plus riches en calcium : 1 litre de lait en contient 1200 mg. Mais la quantité apportée n´est pas le seul paramètre à prendre en compte. Prenons l´exemple des épinards qui, comme le lait, contiennent 120 mg de calcium pour 100 g. Seulement 5 % du calcium est aborbé au niveau de l´intestin contre 32 % pour les produits laitiers. »
Quels sont les atouts du calcium laitier ?
M.-C. B. - « C´est celui qui a la meilleure biodisponibilité. Plus que la quantité, ce qui est important c´est la quantité de calcium de l´aliment qui est retenue par notre corps. D´un côté il y a ce qui entre (au niveau de l´intestin) et de l´autre ce qui sort (au niveau des urines). Pour les entrées, le calcium des produits laitiers est meilleur que celui des fruits et légumes (et sensiblement équivalent à celui des eaux minérales). Pour les sorties, il est meilleur que les eaux minérales riches en calcium. »
Pourquoi le calcium laitier est-il mieux absorbé que le calcium végétal ?
M.-C. B. - « Pour être absorbé par l´intestin, le calcium doit être sous forme soluble, ce qui est le cas du calcium du lait. En revanche, les végétaux contiennent des substances « piégeant » le calcium, ce qui diminue son absorption. L´exception est représentée par la famille des choux dont le calcium est bien absorbé, mais le choux est relativement pauvre en calcium (35 mg/100 g).
De plus, l´absorption du calcium laitier est favorisée par la présence d´autres éléments contenus dans le lait : protéines, lactose et vitamine D pour les produits non écrémés. »
Les eaux minérales riches en calcium ne peuvent-elles couvrir nos besoins ?
M.-C. B. - « Parmi les eaux minérales qui contiennent du calcium, on en distingue deux types. Celles qui sont très riches en calcium (Contrex, Talians) qui contiennent 500 à 550 mg de Ca par litre ; elles en contiennent toutefois deux fois moins que le lait. Leur calcium est aussi bien absorbé que celui des produits laitiers. Mais elles sont riches en sulfates, et ces sulfates augmentent l´élimination urinaire de calcium. A long terme, cela finit par représenter des pertes importantes.
Les autres eaux minérales qui contiennent 150 à 200 milligrammes de calcium, présentent peu de différence au niveau de l´absorption et de l´élimination du calcium. Par contre, elles en apportent relativement peu : il faut au moins 5 litres d´eau pour apporter un gramme de calcium, contre 0,8 litre de lait. »
Les protéines d´origine animale sont-elles responsables d´une perte de calcium dans les urines ?
M.-C. B. - « En fait, les études récentes montrent que les protéines végétales ne sont pas meilleures que les protéines animales. Et elles montrent surtout que le corps est capable de s´adapter rapidement à une augmentation de la consommation de protéines. Au total, il n´y a pas d´effet négatif sur l´os. »
Adolescents et seniors : des besoins de 1200 mg par jour
Les recommandations au niveau du calcium sont de 900 mg/j pour un adulte, 1200 mg/j pour les adolescents et les seniors, et de 500 à 1000 mg/j pour les enfants. En pratique, cela correspond à 3 à 4 produits laitiers chaque jour, le complément étant fourni par le reste de l´alimentation.
Il faut savoir que l´os est un tissu vivant qui se renouvelle en permanence : on refait entièrement 3 à 4 fois son squelette au cours de la vie. Et le squelette est une véritable banque de calcium, dans laquelle le corps puise quand il en a besoin. Il faut consommer suffisamment de calcium pour construire son squelette, puis le préserver : le principal risque d´un manque de calcium est en effet, surtout pour les femmes, l´ostéosporose et les fractures qu´elle entraîne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière