Aller au contenu principal

Produits phytosanitaires
Pour la sécurité, stocker les produits en local fermé

Un bon local de stockage doit répondre à des normes de sécurité et environnementales, et à certaines exigences réglementaires.


Ne stocker que des produits phytosanitaires
Le local de stockage des produits phytosanitaires ne doit pas servir à stocker des denrées alimentaires ou des produits inflammables. Les produits doivent être stockés dans leur emballage d´origine.
©F. Mechekour

Local isolé et fermé à clé
Il est recommandé de construire ou d´aménager un local hors gel dans une zone éloignée d´une habitation, d´un cours d´eau...
La porte du local doit être fermée à clé.
Prévoir un point d´eau pour rincer la peau ou les yeux en cas de projection accidentelle et un extincteur à poudre ABC pour lutter contre un éventuel incendie. En cas d´accidents les numéros d´urgences (pompier, centre antipoison...) doivent être visibles dans le local.
©F. Mechekour

Prévoir une aération ou ventilation
Afin d´éliminer les odeurs ou les vapeurs de produits, il est nécessaire de prévoir une entrée et une sortie d´air. On préconise généralement une ouverture en hauteur et la seconde en bas pour favoriser la circulation de l´air. Il est interdit de fumer, de boire ou de manger dans le local.
©F. Mechekour

Sol cimenté étanche
Le béton (environ 10 cm d´épaisseur) ne doit pas être fissuré. La chape doit être entretenue et non dérapante. Il est conseillé d´utiliser des palettes pour isoler les produits du sol (problème de condensation). Prévoir du sable pour absorber un produit accidentellement sorti de son emballage.
©F. Mechekour

Des étagères en métal
Les bidons doivent être entreposés sur des étagères en métal ou en plastique suffisamment solides. Il faut éviter les étagères en matières absorbantes telles que le bois. Il est conseillé de ranger les gros conditionnements en bas pour ménager son dos. « Il faut classer les produits par culture pour éviter les erreurs de traitement », prévient Jean-François Collin, chambre d´Agriculture du Calvados.
©F. Mechekour

Avec la collaboration de Jean-François Collin (CA 14), de Serge Buon (agriculteur), de la CCMSA, d´Arvalis et de Groupama.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière