Aller au contenu principal

Poudre: l'ouverture de l'intervention est suspendue

La Commission espère écouler les 380 000 tonnes de stocks progressivement par adjudications, mais ne propose rien d'autre.

Le conseil des ministres de l’Union européenne a décidé de stopper les achats automatiques de poudre. La PAC prévoit en effet normalement l’ouverture systématique de l’intervention du 1er mars au 30 septembre de chaque année pour le lait écrémé en poudre et le beurre; ceci avec des achats à prix fixe (1698 €/t) dans la limite d’un contingent fixé à 109 000 tonnes pour la poudre.

Près de 380 000 tonnes de poudre sont toujours en stocks. La Commission espère les écouler progressivement sur le marché par adjudication, en commençant par les plus vieilles: aujourd'hui environ 100 000 tonnes de poudres (fabriquées depuis 2 ans à 2 ans 3/4) sont mises en vente. Lors de l'ajudication de janvier, elle en a cédé 1864 tonnes à 1190 €/t, "un prix qui n'est pas catastrophique", estime Gérard Calbrix d'Atla. Lors du dernier conseil des ministres, la France est le seul pays à avoir fait des propositions pour écouler ces stocks plus rapidement. Sous forme de dons de lait aux plus démunis "mais il n'y a aucun support réglementaire". Ou via l'alimentation animale "mais le prix d'intérêt pour les monogastriques est faible (700-800 €). Cela représenterait 650 millions d'euros de pertes pour la Commission qui les achetés à 1698 €/t". Il faudrait que la filière européenne mette la main à la poche ; cela risque d'être compliqué!

La dégradation des cours stoppée grâce à la Nouvelle-Zélande

La bonne nouvelle pour la poudre, c'est la baisse de la production néo-zélandaise suite à 40 jours de sécheresse en fin d'année: "-2,6% en décembre qui est un très gros mois. Des éleveurs sont passés à une traite par jour, des vaches ont été taries... Fonterra qui tablait sur 1% de hausse de production de juin 2017 à mai 2018 annonce aujourd'hui - 3%." Le prix de la poudre a augmenté de 5% lors des deux dernières enchères Global dairy trade. Les cours ont déjà un peu remonté en Allemagne et aux Pays-Bas. "La dégradation est stoppée," affirme Gérard Calbrix qui craignait de voir les cours descendre en dessous de 1000 € au printemps. Cette baisse importante de la production néo-zélandaise devrait permettre à la Commission d'écouler des volumes de poudre plus importants jusqu'à l'automne. Mais pour autant, à cause des stocks, il ne faut pas s'attendre à une remontée sensible des cours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière