Aller au contenu principal

"Possibilité d’amortissement accéléré pour les bâtiments d’élevage"

" Tout agriculteur qui construit ou achète entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017 un bâtiment d’élevage, un matériel et/ou une installation pour le stockage des effluents pourra bénéficier d’un amortissement accéléré. Cette mesure vise notamment à accompagner les éleveurs des zones vulnérables engagés dans des projets de gestion des effluents d'élevage, liés en particulier à l'accroissement de leurs capacités de stockage. En pratique, le dispositif permet de déduire 40 % du prix de revient des immobilisations concernées sur cinq ans. Au terme de cette période, le plan d'amortissement se poursuit selon les règles de droit commun, avec un amortissement linéaire de la valeur résiduelle du bien sur la durée d'usage restant à courir.

L’amortissement accéléré peut être décalé de trois exercices

Les dépenses de rénovation des bâtiments d'élevage réalisées sur la même période et inscrites à l'actif immobilisé du bilan peuvent également bénéficier du dispositif. Par contre, l'éligibilité de ces travaux de rénovation ne rend pas éligible à l’amortissement accéléré l'immeuble dans son ensemble.

Le bénéfice de l'amortissement exceptionnel est subordonné au respect du plafond des aides de minimis, 15 000 euros par exploitation — ou par associé dans le cas des Gaec totaux — sur trois exercices fiscaux. Dans le cas où le plafond est atteint, les agriculteurs peuvent différer l'application de l'amortissement exceptionnel jusqu'au troisième exercice suivant celui au cours duquel la construction, l'acquisition ou la fabrication des biens éligibles est intervenue. L’amortissement exceptionnel d’un bâtiment d’élevage acquis en 2016 pourra ainsi être décalé jusqu'en 2019. Dans ce cas, l’exploitant comptabilisera sur les exercices 2016 à 2018 un amortissement linéaire puis l'amortissement exceptionnel sur les exercices 2019 à 2023 inclus et de nouveau un amortissement linéaire pour la durée d'amortissement restant à courir. »

Pour des investissements réalisés en 2016 et 2017
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière