Aller au contenu principal

"Possibilité d’amortissement accéléré pour les bâtiments d’élevage"

" Tout agriculteur qui construit ou achète entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017 un bâtiment d’élevage, un matériel et/ou une installation pour le stockage des effluents pourra bénéficier d’un amortissement accéléré. Cette mesure vise notamment à accompagner les éleveurs des zones vulnérables engagés dans des projets de gestion des effluents d'élevage, liés en particulier à l'accroissement de leurs capacités de stockage. En pratique, le dispositif permet de déduire 40 % du prix de revient des immobilisations concernées sur cinq ans. Au terme de cette période, le plan d'amortissement se poursuit selon les règles de droit commun, avec un amortissement linéaire de la valeur résiduelle du bien sur la durée d'usage restant à courir.

L’amortissement accéléré peut être décalé de trois exercices

Les dépenses de rénovation des bâtiments d'élevage réalisées sur la même période et inscrites à l'actif immobilisé du bilan peuvent également bénéficier du dispositif. Par contre, l'éligibilité de ces travaux de rénovation ne rend pas éligible à l’amortissement accéléré l'immeuble dans son ensemble.

Le bénéfice de l'amortissement exceptionnel est subordonné au respect du plafond des aides de minimis, 15 000 euros par exploitation — ou par associé dans le cas des Gaec totaux — sur trois exercices fiscaux. Dans le cas où le plafond est atteint, les agriculteurs peuvent différer l'application de l'amortissement exceptionnel jusqu'au troisième exercice suivant celui au cours duquel la construction, l'acquisition ou la fabrication des biens éligibles est intervenue. L’amortissement exceptionnel d’un bâtiment d’élevage acquis en 2016 pourra ainsi être décalé jusqu'en 2019. Dans ce cas, l’exploitant comptabilisera sur les exercices 2016 à 2018 un amortissement linéaire puis l'amortissement exceptionnel sur les exercices 2019 à 2023 inclus et de nouveau un amortissement linéaire pour la durée d'amortissement restant à courir. »

Pour des investissements réalisés en 2016 et 2017
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière